Préparation aux catastrophes et aux pays en situation de post-crise

Tsunami, Japan, 2011 © Mainichi Shinbun

La fréquence des catastrophes naturelles a quintuplé depuis les années 1970. Cette augmentation peut être attribuée en partie au changement climatique, au développement non durable et aux phénomènes météorologiques extrêmes. Des populations de plus en plus vastes sont exposées, principalement dans les pays développés. La rareté des ressources naturelles et les situations de vie difficiles que créent ces catastrophes peuvent conduire à des conflits.

Les conflits compromettent les chances de mettre en oeuvre une croissance économique durable, de réduire la pauvreté et d’atteindre les objectifs de développement convenus au niveau international. On ne peut instaurer un développement durable sans paix. C’est pourquoi il faut en priorité promouvoir une culture de la paix et de la nonviolence et plaider pour la tolérance et la compréhension mutuelle. Cela passe par l’éducation, la coopération scientifique, la diversité culturelle, le dialogue interculturel et le patrimoine sous toutes ses formes, ainsi que les médias. Il faut notamment empêcher l’interruption ou le dysfonctionnement des services éducatifs et culturels ou des médias dans les situations de post-conflit et de post-catastrophe et s’attaquer aux menaces qui pèsent sur la diversité culturelle et biologique du fait de conflits ou de catastrophes naturelles. En ce qui concerne le soutien aux processus de relèvement et de reconstruction post-conflit, il faut accorder une attention particulière aux causes profondes des conflits et encourager les efforts nationaux menés en matière de dialogue et de réconciliation de manière à réduire les risques de retomber dans un conflit. Il faut également soutenir davantage la prévention des catastrophes et une préparation accrue à ces dernières, y compris les systèmes d’alerte rapide et de prévision, la diffusion des mesures d’atténuation ainsi qu’une information, une éducation et une sensibilisation appropriées du public.

En savoir plus:

Retour en haut de la page