Asma Jahangir (Pakistan) - Lauréate du Prix UNESCO/Bilbao pour la promotion d'une culture des droits de l’homme 2010

Asma Jahangir

Asma Jahangir © Tous droits réservés

Les 20 et 21 septembre 2010, la réunion du Jury International du Prix UNESCO/Bilbao pour la promotion d'une culture des droits de l’homme, présidé par Madame Leila Zerrougui (Algérie) et composé du Professeur Kinhide Mushakoji (Japon), vice-président, et des Professeurs Paulo Sérgio Pinheiro (Brésil), Nasila S. Rembe (Afrique du Sud), et Janusz Symonides (Pologne), membres, s’est tenue au Siège de l'UNESCO à Paris, France.

Suite à la recommandation unanime du Jury, la Directrice générale de l’UNESCO Madame Irina Bokova a nommé Asma Jahangir (Pakistan) lauréate du Prix UNESCO/Bilbao pour la promotion d'une culture des droits de l’homme 2010.

La cérémonie de remise du Prix a eu lieu le vendredi 10 décembre 2010 - Journée des droits de l’homme, à l'Auditorium arabe de l’Hôtel de ville de Bilbao, en Espagne.

Le Prix est attribué à Madame Asma Jahangir en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle et courageuse à l’instauration de la culture des droits de l’homme.

La Directrice générale de l’UNESCO a souligné dans un communiqué de presse que l’annonce de l’attribution du Prix à Madame Asma Jahangir le 16 novembre - Journée internationale pour la tolérance, honore son engagement  et sa contribution importante à l’encouragement du dialogue interreligieux et interculturel, de la tolérance, de la compréhension mutuelle et de la coopération pour la paix. Madame Asma Jahangir est défenseur résolument actif de l'utilisation des moyens éducatifs pour éliminer les causes racines de l'intolérance et de la discrimination.

En reconnaissance de l'importante contribution de la société civile à la construction d’une culture universelle des droits de l’homme, la Directrice générale de l’UNESCO a décidé également d'attribuer trois Mentions d’Honneur à quatre organisations non gouvernementales:

  • la Corporation Parque pour la Paix Villa Grimaldi (Corporación Parque por la Paz Villa Grimaldi) du Chili
    en raison de sa contribution significative à la culture universelle des droits de l’homme qu'elle a fait par ses activités visant à préserver le devoir de mémoire des personnes détenues et disparues à la Villa Grimaldi pendant la dictature militaire (1973 – 1990) quand elle a servi comme centre de détention et de torture. La Corporation Parque pour la Paix Villa Grimaldi est reconnue pour son action pour la promotion de la vérité, de la justice et du respect universel des droits de l’homme, notamment en dénonçant les violations passées des droits de l’homme et en contribuant à l’élimination des préjugés et des discriminations. Elle est reconnue pour son travail d’éducation en matière des droits de l’homme pour promouvoir la réconciliation, la tolérance et le respect de la dignité humaine, des droits de l’homme et des libertés fondamentales.
  • la Fondation Culture de la Paix (Fundación Cultura de Paz) d’Espagne
    pour ses activités remarquables pour la consolidation de la culture de la paix. La Mention d’Honneur prime les nombreuses actions qui ont été entreprises pour la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d'Action sur une culture de la paix adoptés par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1999  dans le cadre de la Décennie Internationale pour la Promotion d'une Culture de la Non Violence et de la Paix au Profit des Enfants du Monde (2001-2010) à travers la réflexion, la recherche, l’éducation et la mobilisation des institutions et des organisations ayant démontré leur engagement en faveur des valeurs d’une culture de paix fondée sur le respect des droits de l’homme
  • France terre d’asile (France) et Fédération Internationale Musique Espérance
    pour leur lutte menée pour le respect, par tous les pays, des obligations internationales visant à garantir la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leurs familles. La Mention d’honneur salue également les activités communes de France terre d’asile et de la Fédération internationale Musique Espérance, notamment dans le cadre du projet « Musique, un pont entre ici et là » destiné à promouvoir la culture des droits de l’homme à travers la défense des droits des migrants, des groupes vulnérables et de leurs membres et à faire avancer la solidarité, le respect de la dignité humaine et de la diversité culturelle.
Retour en haut de la page