L’Occident, l’Orient et l’« exil »

Philippe Quéau

En français, le mot « printemps » (du latin primus, premier, et tempus, temps) évoque, comme dans de nombreuses langues, le renouveau, l’efflorescence, le bourgeonnement de la vie. Mais en arabe, l’étymologie de رَبيع (rabi`, printemps) vient des contraintes du désert. Le verbe رَبَعَ, raba`a, a pour premier sens « se désaltérer, venir à l’eau le quatrième jour » et s’appliquait aux chameaux qui, après avoir marché quatre jours et trois nuits sans boire, avaient enfin accès à l’eau.

Cette belle image donne au « printemps arabe » le goût de l’eau pour les assoiffés. Elle montre aussi que les connotations associées au « printemps » sont assez différentes selon les latitudes. Cette remarque peut se généraliser, et même devenir une méthode de comparaison, et d’éclairement réciproque. À titre d’illustration, je voudrais proposer l’analyse de quelques mots, utilisés en terre d’Islam et en chrétienté (raison, foi, libre arbitre, prédestination, individu, communauté, religion, loi, Occident, Orient) et soupeser leurs différences d’acceptions.

Lisez cet article [PDF]

***

Les opinions exprimées par l’auteur n’engagent que lui, et en aucune manière l’Organisation pour laquelle il travaille.

Retour en haut de la page