Comment traduire le terme « laïc » ?

Melika Ouelbani et Ridha Chennoufi

Nous pouvons trouver dans le texte coranique et la culture arabe en général une distinction religieuse correspondant à celle de clerc et de laïc, à condition toutefois de faire un effort d’interprétation. Dans le lexique théologique islamique, nous disposons de deux termes qui recouvrent le champ sémantique du terme « clerc » : alim (savant) et fakih (juriste). Le « alim » est celui qui possède une connaissance approfondie du Coran et qui connaît également d’une manière précise les décisions juridiques transmises par le Prophète et ses compagnons. Le « fakih » est celui qui dispose d’une intelligence lui permettant d’émettre des avis sur des questions juridiques sur la base d’une interprétation personnelle. À ce titre, il est habilité à jouer le rôle de mufti en prononçant des jugements personnels, fatwa. Par conséquent, le clerc peut avoir les deux qualités de « alim » et de « fakih » . Qu’en est-il de la traduction du terme « laïc » ?

Lisez cet article [PDF]

***

Les auteurs sont responsables des opinions exprimées, lesquelles ne sont pas nécessairement celles de l’UNESCO.

Retour en haut de la page