Droits humains et changement environnemental mondial : Qu’a fait l’UNESCO en 2012-2013 ?

L’UNESCO a participé au séminaire du Conseil des droits de l’homme sur le thème des droits humains et du changement climatique (23-24 février 2012), dont le rapport de synthèse a été présenté à la session de juin 2012 du Conseil et soumis à la 18e session de la Conférence des États Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique (COP-18). Dans le cadre de sa contribution, l’UNESCO a souligné en particulier les incidences d’un partage équitable du savoir et de la technologie en rapport avec le changement climatique, en matière de droits humains, à la lumière de l’article 27 (1) de la Déclaration universelle des droits de l'Homme.

En outre, à travers son Programme pour les sciences sociales et humaines, l’Organisation a étudié les implications pratiques du changement climatique sur les droits humains dans certaines régions, en mettant l’accent sur les formes et les conséquences des différences de vulnérabilité face aux pressions environnementales.

En Côte d’Ivoire et au Sénégal, deux études ont été réalisées, portant sur l’impact du changement climatique et du changement environnemental planétaire sur les droits des migrants. Elles ont abouti à une série de recommandations pratiques entérinées par les décideurs participants.

Au Kirghizistan et au Kazakhstan, l'UNESCO, avec des partenaires nationaux et internationaux, s’est employée à faire mieux connaître les migrations en tant que conséquences de la dégradation de l’environnement, en organisant des recherches pilotes et des séminaires dans les deux pays.

Cette activité a mis tout particulièrement l’accent sur les aspects sanitaires et économiques du changement environnemental qui incitent à migrer, sur la nécessité pour les parties prenantes de travailler en amont dans les communautés, afin de comprendre la dynamique des migrations environnementales, de fournir aux citoyens des informations sur les conditions environnementales et les ressources disponibles, et de chercher à intégrer les migrants dans les communautés d’accueil, si besoin est.

Dans le cadre des efforts pour définir une nouvelle voie dans l’agenda du développement post-2015 des Nations Unies, l'UNESCO - en partenariat avec d’autres organismes du système des Nations Unies, des organisations régionales et des organisations de jeunesse - a apporté, en 2013, son soutien à une série d’ateliers pour la jeunesse des Petits États insulaires en développement (PEID).

L’accent était notamment mis sur les préoccupations en matière de droits humains liées à des questions environnementales, ainsi que sur les besoins de groupes en situation de vulnérabilité, en particulier les personnes handicapées. Dans le cadre du Projet José Martí de l'UNESCO, un colloque intitulé «Pour une culture de la Nature», portant sur les dimensions éthiques et humanistes des changements environnementaux mondiaux dans les PEID des Caraïbes, a été organisé lors de la 3e  Conférence internationale "Por el equilibrio del mundo" (La Havane, Cuba, janvier 2013).

Retour en haut de la page