Asie et Pacifique

Bhoutan

  • Atelier national et programmes éducatifs pour la lutte contre le dopage dans le sport
  • 19 250 dollars E.-U.

Suite à la ratification par le Bhoutan de la Convention internationale contre le dopage dans le sport, en Janvier 2012, le projet vise à sensibiliser davantage le pays aux principaux défis en matière de lutte contre le dopage. Cette candidature présente ce qui serait la toute première initiative antidopage à deux volets, dédiée à l'éducation et à la communication. Un atelier de deux jours animé par des experts régionaux et ciblant 45 décideurs issus des ministères concernés, des fédérations et des organismes gouvernementaux, visera à renforcer la coopération entre les acteurs étatiques. La deuxième phase du projet est campagne multifacettes de visibilité et de sensibilisation, qui inclut la réalisation d'un dessin animé détaillant les effets du dopage, la conception et de la production d'un calendrier antidopage (2000 exemplaires) qui sera distribué dans les écoles, les administrations publiques et les organismes sportifs, ainsi que la diffusion des lois et règlements antidopage. Les chaînes nationales de télévision et les médias sociaux seront les principales composantes prévues par la stratégie de communication.

  • Sensibilisation antidopage à travers l'éducation
  • 17,585 dollars E.-U.

Le deuxième projet national du Bhoutan, dirigé par le Ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), se concentre sur la sensibilisation et l’éducation antidopage pour les écoliers, les instructeurs et les administrateurs scolaires de sports. Le premier des trois volets du projet est l’organisation de deux ateliers régionaux adressés aux instructeurs et administrateurs scolaires sportifs (40). Les participants à l'atelier seront invités à réfléchir de manière critique et créative sur les questions de lutte contre le dopage par le biais des discussions ainsi que par la présentation d’articles et d’illustrations qui seront distribués aux écoles. Un autre résultat concret du projet sera l'élaboration des plans individuels d'action antidopage qui seront mis en œuvre au niveau des écoles et sur lesquels les participants seront invités à rapporter une année après la fin du projet. Afin de consolider cet aspect pédagogique, un site web interactif, comprenant un paquet exclusif antidopage basé sur les valeurs, sera lancé. Dans le but d'ouvrir le débat au grand public, une discussion sur le dopage sera diffusée en direct à la télévision nationale en avril 2015, dans le cadre des célébrations de la Journée internationale du sport pour le développement et la paix de l'ONU.

Cambodge

  • Education et sensibilisation au dopage (2014)
  • 18.714 dollars E.-U.

Ayant ratifié la Convention Internationale contre le Dopage dans le Sport de l’UNESCO en 2008, le Cambodge a par la suite établi une Organisation Nationale Anti-Dopage (CADA) en 2013. Mené par CADA, et conformément aux domaines prioritaires de l’agence, le projet proposé va se concentrer sur l’éducation anti-dopage et la sensibilisation naissante à travers l’organisation de 2 ateliers, développés conjointement avec le SEARADO et le CNO, visant jusqu’à 400 bénéficiaires. D’une part les représentants de fédérations sportives nationales (101) participeront à un séminaire de 2 jours incluant des informations ciblées sur les Autorisations à Usage Thérapeutique (AUT) et le processus de Contrôle du Dopage (DC). D’autre part, CADA et des partenaires organiseront un atelier d’un jour visant des athlètes de l’élite (271) sur les conséquences pour la santé du dopage, la Liste des Interdictions et le processus de Résultat du Management (RM). Pour être sûr de l’impact des matériels diffusés, le projet prévoit de traduire tous les documents sources (Liste des Interdictions, Manuel d’athlète et prospectus de l’AMA) en Khmer. L’évaluation des ateliers sera assurée par des questionnaires distribués avant et après aux participants permettant de mesurer l’évolution du niveau de connaissance. La continuité du projet sera assurée par la désignation d’un agent de liaison dans chaque fédération sportive nationale participante.

Îles Marshall

  • Campagne antidopage en langue marshallaise (de février à décembre 2011)
  • 20 000 dollars E.-U.

Ce projet a consisté en une campagne de sensibilisation destinée aux sportifs et à leur personnel d’encadrement, ciblant particulièrement les jeunes athlètes et les sportifs participant aux compétitions scolaires. La campagne a comporté trois phases : (1) la traduction et la production de matériels pédagogiques antidopage en langue marshallaise, dont une vidéo ; (2) l’élaboration d’un cursus antidopage et sa mise en œuvre par le Programme d’éducation sportive d’Océanie (OSEP) ; et (3) une campagne d’éducation menée dans les cinq lycées publics et les sept établissements privés du pays mobilisant des sportifs nationaux comme ambassadeurs.

Inde

  • Sensibilisation aux mesures antidopage pour les sportifs indiens
  • 19 766 dollars E.-U.

En réponse à un certain nombre de cas positifs de dopage lors de la 57e édition des Jeux scolaires nationaux, en 2011, ce projet mis en œuvre par l'Agence nationale antidopage (NADA) de l'Inde vise à accroître la sensibilisation des jeunes athlètes et des entraîneurs aux conséquences négatives du dopage. Deux activités interdépendantes sont prévues pour soutenir cet objectif. Une série d'ateliers, ciblant plus de 1000 bénéficiaires pratiquant de nombreuses disciplines sportives, se tiendra dans les principaux centres de formation à travers l'Inde. A l’aide de démonstrations pratiques promouvant la participation active, des experts clés de la région animeront les ateliers qui porteront sur un certain nombre de sujets, notamment sur les procédures de prélèvement, les AUT, et les substances et méthodes interdites. Parallèlement à cette activité et en soutien du projet, le projet comprend également la traduction des principaux documents en plusieurs langues locales et leur distribution pendant les ateliers pour accroitre la portée et l'impact du projet.

Malaisie

  • Education et campagne de sensibilisation nationale (2014)
  • 19.780 dollars E.-U.

Mené par L’Agence National Anti-Dopage de Malaisie (ADAMAS), cet ambitieux projet d’éducation et de sensibilisation vise jusqu’à 11.000 bénéficiaires à travers 3 axes (99 évènements de proximité, 70 forums contre le dopage et 30 ateliers ciblés). Les évènements de proximité seront tenus dans des universités, des écoles de sport, et au cours de 15 compétitions sportives nationales sélectionnées. Les participants seront visés par un questionnaire de l’AMA, via des tablettes et la page Facebook de l’ADAMAS. Afin d’encourager la participation, des souvenirs contre le dopage seront distribués à ceux qui s’engagent à recruter le plus prometteur (190) des ambassadeurs d’éducation anti-dopage et (10) entraineurs pour diffuser le message du projet « Dis NON ! au Dopage » à l’échelle nationale. Simultanément, des forums informatifs (70), animés par des experts nationaux, seront dédiés aux étudiants d’universités et aux équipes nationales. Des sujets clés seront abordés, telles que les Autorisations à Usage Thérapeutique (AUT), ainsi que le Contrôle du Dopage. Enfin, afin de mieux informer des entraineurs nationaux (750) qui ne sont pas très à l’aise en anglais, une série d’ateliers sera tenue à travers le pays dans 15 centres annexes. Après avoir traduit les modules AMA pour les entraineurs en Bahasa, le matériels sera distribué à tous les participants et centres annexes pour servir de référence à l’avenir. De plus, chaque centre annexe accueillera 2 ateliers connectés (50 entraineurs par atelier/par centre). En se concentrant sur le jeu et le débat, le premier atelier porte sur la formation de chaperons et le deuxième décrira la formation d’Officier de Contrôle Anti-Dopage (DCO).

Maldives

  • Campagne de sensibilisation antidopage (de février à décembre 2011)
  • 20 000 dollars E.-U.

Ce projet a consisté en la formation de 20 professeurs d’éducation physique, d’anciens sportifs et de membres du personnel d’encadrement au rôle de point focal antidopage, pour qu’ils acquièrent les compétences nécessaires à l’organisation d’ateliers pédagogiques au niveau local. Un programme de sensibilisation a également été développé pour les manifestations sportives et les camps d’entraînement. Un concours national d’affiches et de dissertations sur l’antidopage a été organisé à l’intention des jeunes scolaires. Des matériels d’éducation et d’information ont également été élaborés en dhivehi, langue vernaculaire. 

Mongolie

  • Activité antidopage en Mongolie

En réponse à un nombre croissant de contrôles positifs d’athlètes nationaux à des substances illicites, le gouvernement mongol entend développer un projet d’éducation et de sensibilisation antidopage sous les auspices du Fonds. Le ministère de la culture, des sports et du tourisme, qui sera responsable de la mise en œuvre du projet en partenariat avec l'Organisation nationale antidopage (ONAD), a identifié l’absence de supports antidopage dans la langue maternelle des athlètes comme l’un des principaux facteurs occasionnant des cas récents de dopage. En conséquence, le projet est structuré autour de cinq activités ciblées qui toucheront jusqu'à 780 bénéficiaires directs. Pour faciliter l'accès des athlètes aux informations relatives aux projets, aux activités et aux règles antidopage, un portail Web sera lancé. Des documents de base tels que le Code de l'AMA et une vidéo sur le processus de contrôle du dopage seront traduits en mongol et mis à disposition sur le site. En parallèle, un programme de sensibilisation des athlètes sera organisé lors des Championnats nationaux de judo, où les athlètes et les entraîneurs auront l'occasion de participer à diverses activités, dont un quiz antidopage. Une gamme de supports promotionnels sera également distribuée lors de cette manifestation. Parallèlement à ces activités, une série d'ateliers de formation s’adressera aux médias (50), aux administrateurs (30), ainsi qu’aux athlètes et entraîneurs (200). Le contenu de chaque atelier sera adapté à la sensibilisation de chaque groupe cible. Les médias seront notamment invités à diffuser de façon responsable le message antidopage au grand public.

Népal

  • Sensibilisation et mobilisation d’un soutien pour l’élimination du dopage dans le sport au Népal (de novembre 2010 à mars 2011)
  • 20 000 dollars E.-U.

Ce projet a consisté en un programme de sensibilisation comportant plusieurs volets distincts : (1) la production de matériels éducatifs et informatifs en népalais ; (2) l’organisation d’une conférence nationale sur l’antidopage avec des représentants du gouvernement et du mouvement sportif, en vue de créer un organisme national antidopage ; (3) des stages de formation pour les professeurs d’éducation physique et sportive ; et (4) des initiatives dans les médias, dont deux débats sur le dopage dans le sport.

Palaos

  • Éducation en vue de l’élimination du dopage dans le sport (de février 2011 à février 2012)
  • 20 000 dollars E.-U.

L’UNESCO a apporté un financement pour l’organisation d’une vaste campagne de sensibilisation destinée aux dirigeants politiques et aux personnalités de la société civile, aux sportifs et à leur personnel d’encadrement, aux élèves et aux enseignants des établissements primaires et secondaires. Une série d’ateliers adaptés aux différents participants ont été organisés, ainsi qu’un concours national d’affiches et de dissertations sur l’antidopage à l’intention des jeunes. Les médias ont été mobilisés avec une campagne télévisuelle et des émissions radiophoniques.

Philippines

  • Campagne de sensibilisation et d'engagement contre le dopage dans le sport philippin
  • 20 000 dollars E.-U.

Coordonné par la Commission des sports des Philippines, et faisant appel à des experts nationaux et régionaux, ce projet comprend quatre activités principales, chacune étant conçue pour sensibiliser aux dangers du dopage et à l'importance d'unir les différents acteurs autour d'un programme antidopage commun. À cet égard, un sommet national de deux jours et deux conférences locales d'une journée auront lieu, ciblant les responsables gouvernementaux, les associations et les organismes nationaux chargés du sport, les athlètes, leur personnel de soutien, les entraîneurs et les médecins (300). Les ordres du jour seront axés sur le partage d'informations antidopage de base, notamment la cartographie des structures et des normes en la matière. Chacune des réunions prévues se terminera par la signature d'un accord de principe par les parties prenantes. Afin de sensibiliser les jeunes et les jeunes athlètes en particulier, un stand de sensibilisation antidopage sera mis en place au cours de plusieurs événements sportifs et de camps d'entraînement, et un concours d'affiches et de rédactions sera organisé pour inciter les jeunes sportifs et les élèves à faire preuve de créativité sur les questions sociales, morales et de santé autour du dopage et sur l'importance de la lutte antidopage. Enfin, une partie du montant sollicité du Fonds sera consacrée à la personnalisation et la diffusion d'informations antidopage et de supports pédagogiques auprès des parties prenantes identifiés.

République islamique d’Iran

  • Prévalence de l’usage des compléments alimentaires chez les sportifs de haut niveau (de novembre 2010 à novembre 2011)
  • 8 400 dollars E.-U.

L’UNESCO a apporté un financement pour la réalisation d’une enquête auprès d’un échantillon représentatif de 350 sportifs – hommes et femmes – de niveau national et international, en vue d’évaluer leur consommation de compléments alimentaires et nutritionnels. L’enquête avait pour objectif de mesurer l’usage de tels compléments chez les sportifs et de déterminer les raisons qui les poussent à recourir à ces substances ainsi que la connaissance qu’ils en ont. Les résultats de l’enquête devraient permettre d’élaborer des mesures spécifiques visant à éduquer les sportifs de haut niveau sur les dangers que présentent les compléments alimentaires et nutritionnels.

Sri Lanka

  • Sensibilisation des sportives et sportifs à la lutte contre le dopage
  • 13 515 dollars E.-U.

Le projet consiste à développer campagne de sensibilisation afin d’informer les associations sportives, les athlètes, et les étudiant sur les questions de dopage. Pilotées par l’Agence sri-Lankaise de lutte contre le dopage (SLADA), les activités concerneront deux groupes cibles. Une série de sessions éducatives aura lieu dans l’ensemble des provinces du pays et rassemblera plus de 1800 athlètes et membres du staff technique présélectionnés. Un regard tout particulier sera porté sur la législation nationale, sur les procédures d’usage à des fins thérapeutiques et sur les substances interdites. Afin de renforcer cette action, deux ateliers auxquels participeront 200 jeunes sont prévus pour faire face au recours croissant aux compléments alimentaires par les étudiants âgés de 15 à 20 ans. Les sessions ainsi que le matériel pédagogique seront développés par des experts des domaines respectifs.

Vietnam

  • Education et sensibilisation à la lutte contre le dopage au Vietnam
  • 19 506 dollars E.-U.

Après la création de l'Agence antidopage du Vietnam (VADA) en 2011, l'organisation a identifié l'éducation antidopage comme une priorité essentielle. Pour soutenir cet objectif, la VADA sollicite un financement pour mettre en œuvre le premier projet du pays sous les auspices du Fonds. Ciblant les entraîneurs, les cadres sportifs, le personnel médical et des professeurs d'université (70 au total), les activités du projet comprennent deux ateliers de formation qui seront animés par des experts internationaux. Les résultats d’une évaluation des connaissances des participants avant et après la tenue des ateliers permettront un meilleur ciblage des contenus. La durée de chaque atelier sera de 3 jours au cours desquels les participants auront l'occasion de discuter d'un large éventail de sujets, et notamment des tendances et des stratégies actuelles de lutte contre le dopage dans le sport. En outre, les participants bénéficieront de séances de travaux pratiques animées par des experts de l’éducation. Une série de supports pédagogiques sera également distribuée aux participants, ainsi que des supports promotionnels et des t-shirts. Les participants seront encouragés à diffuser les supports promotionnels dans leurs propres communautés pour sensibiliser leur communauté à la lutte contre le dopage.

Projets régionaux

  • Jeux d’Asie du Sud-Est de 2013 “Programme de sensibilisation des athlètes” (d’octobre 2012 à décembre 2013)

Le projet consiste en la mise en œuvre d’un programme de sensibilisation des athlètes dans le cadre des Jeux d’Asie du Sud-Est qui auront lieu à Myanmar du 13 au 22 décembre 2013. Onze pays (Brunei Darussalam, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaysie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande, Timor Leste et Vietnam) et 32 disciplines sportives seront représentés à cet évènements. Il est attendu que 5,000 athlètes et membres du personnel d’encadrement pourront être sensibilisés dans ce contexte. Le programme sera basé sur le modèle de sensibilisation des sportifs de l’AMA. Des agents de contrôle du dopage des pays participants animeront un kiosque antidopage dans le Village des Jeux. Des brochures et du matériel promotionnel antidopage seront produits et distribués. Enfin, une session d’information pour les médias sera organisée, ainsi qu’une présentation sur l’antidopage pour les Ministres du Sport et les hauts responsables qui assisteront à l’évènement.

  • Développement des capacités pour l’établissement et le renforcement des organisations antidopage dans la région d’Océanie (de janvier 2012 à décembre 2012)
  • 50 000 dollars E.-U.

Le projet est centré sur le développement d’un programme de développement des capacités pour établir et renforcer les organisations nationales antidopage dans la région d’Océanie. Il comprend l’organisation d’un atelier régional de 2-3 jours pour les représentants des gouvernements et des organisations nationales antidopage/comités olympiques nationaux des sept pays membres de l’Organisation Régionale Antidopage d’Océanie (ORADO). Les pays non membres de l’ORAD seront également invités à envoyer des représentants. Des ateliers nationaux destinés aux athlètes et aupersonnel d’encadrement des fédérations nationales sportives ainsi qu’aux membres des Organisations Nationales Antidopage et des Comités Nationaux Olympiques seront organisés dans chaque pays membre de l’ORAD. Des rencontres avec les autorités gouvernementales concernées seront organisées dans ce contexte. Ces ateliers seront suivis par le développement de plans de travail nationaux, y compris des programmes de sensibilisation et d’éducation à l’antidopage. La mise en œuvre du projet sera coordonnée par l’ORAD.

  • Projet régional - Maldives
  • Séminaire régional sur la lutte contre le dopage dans le sport pour le développement des capacités des organisations nationales antidopage (ONAD) dans les pays membres de l'Organisation régionale antidopage pour l'Asie du Sud (SARADO)
  • 49 094 dollars E.-U.

Le projet, coordonné par la SARADO, vise à renforcer les capacités des ONAD de la région, notamment dans la mise en œuvre de programmes antidopage pertinents et de qualité. Une composante clé du projet consiste en l'organisation d'un atelier régional destiné à doter deux experts par pays membre en savoir-faire pour reproduire des formations antidopage à l'échelle nationale. Des représentants de trois pays non-membres de la SARADO seront également invités. Le contenu de l'atelier sera documenté par les résultats d’un questionnaire envoyé avant l'événement. Par ailleurs, l’accent sera placé sur des questions antidopage de base telles que les AUT, la liste des interdictions et le contrôle. Afin d'assurer le transfert et l’utilisation pratique des informations, les participants seront orientés dans l’élaboration d’un programme antidopage et dans son appréhension, ainsi que dans l'application des règles antidopage. Après avoir reçu une gamme de supports adaptés, traduits dans les langues locales, les participants seront alors chargé d’organiser des ateliers nationaux (5 au total) impliquant la participation des comités nationaux olympiques, des athlètes et de le personnel de soutien (100 par pays). Afin de renforcer les partenariats entre les gouvernements et le mouvement sportif, la SARADO convoquera également une réunion avec les autorités compétentes de chaque pays membre pour soutenir le développement ou la création d'une organisation nationale antidopage.

Autres Etats parties impliqués: Bangladesh, Bhoutan, Népal, Sri Lanka.

  • Projet régional - Singapour
  • Renforcement des Capacités – Perfectionnement des entraineurs SEARADO DCO (2014)
  • 49.961 dollars E.-U.

Suivant la formation de plusieurs Organisations Nationales Anti-Dopage en Asie du Sud-Est, il a y un besoin de solidifier l’expertise nationale en matière d’Autorisations à Usage Thérapeutique (AUT), Gestion des Résultats (RM) et Control du Dopage (DC). En réponse à ces besoins identifiés, le projet proposé, mené par l’Organisation Régionale Anti-Dopage (SEARADO), soutiendra activement le développement d’un groupe de formateurs d’Officier de Contrôle Anti-Dopage (DCO) (6). L’initiative de niche attirera des cabinets régionaux ainsi que l’engagement d’ONAD expérimentées comme l’Agence Japonaise Anti-Dopage (JADA) et l’Autorité Australienne Anti-Dopage (AUSADA) avec lesquelles le contenu du programme sera développé. Organisé en 2 phases, la première comprendra un atelier interactif « Forme le Formateur », conduit par des Formateurs DCO expérimentés (4), et une formation DCO sur 2 jours où les formateurs de la SEARADO seront observés et évalués. La seconde phase sera entreprise durant les 28e Jeux du Sud-Est Asiatiques, en Juin 2015, au cours de laquelle le SEARADO et les formateurs DCO se joindront à l’équipe de contrôle anti-dopage de l’évènement pour surveiller un groupe de DCO juniors. L’héritage du projet sera assuré par l’établissement d’un « Comité d’Expert SEARADO DCO » qui continuera d’observer la formation DCO et l’activité dans la région à la fin du cycle du projet.

Retour en haut de la page