29.09.2017 - Secteur des sciences sociales et humaines

Antidopage : l'UNESCO appelle à une éducation axée sur les valeurs et à une gouvernance renforcée

© Shutterstock.com / Phoenixns

Les programmes d'éducation axés sur les valeurs et une meilleure gouvernance sont des éléments clés pour faire progresser la lutte contre le dopage dans le sport, en particulier pour renforcer le respect des obligations relatives à la Convention antidopage. C'est le message principal de la sixième session de la Conférence des Parties à la Convention internationale contre le dopage dans le sport (COP6), qui a eu lieu au siège de l'UNESCO à Paris les 25 et 26 septembre 2017.

« La lutte contre le dopage et, plus largement, l'amélioration de la gouvernance sportive doit impliquer un renforcement de la coopération entre les États parties, le Conseil de l'Europe, l'Interpol, l'AMA, le CIO et l'UNESCO. Une coopération qui, nous l’espérons, contribuera à la gouvernance mondiale de demain contre le dopage,» a déclaré Getachew Engida, Directeur général adjoint de l'UNESCO, lors de l'ouverture de la Conférence.

Plus de 300 participants représentant plus de 100 États parties et observateurs ont débattu de la durabilité de la prévention antidopage, de l'intégrité sportive et de l'éducation aux valeurs par le sport et ont discuté des moyens d'assurer un suivi efficace des obligations des États parties concernant la Convention.

La Conférence a approuvé un ensemble d'actions visant à renforcer la mise en œuvre de la Convention. Notamment, les participants ont reconnu la nécessité d'élaborer des lignes directrices opérationnelles de la Convention et un cadre de conséquences de non-conformité pour les États parties qui ne remplissent pas leurs obligations en vertu de la Convention. Le partage d'information entre les autorités publiques et les organisations nationales antidopage a également été encouragé afin de faciliter les enquêtes.

En outre, la Conférence s'est félicitée des résultats de l'évaluation indépendante de la Convention et de la présentation de l'examen indépendant des politiques antidopage dans la Fédération de Russie. Les recommandations d'évaluation comprennent le renforcement de la gouvernance de la Convention, l'élaboration d'une stratégie de communication visant à améliorer la visibilité de la Convention, le renforcement des efforts visant à surveiller le respect de la Convention, le partage de l'information entre les États parties et l’élaboration d’une stratégie de mobilisation des ressources.

Saleh Al-Konbaz Mohammed (Royaume d'Arabie Saoudite) et Hitesh Patel (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord) ont été réélus respectivement Président et Rapporteur de la Conférence des Parties. Le Bureau élu comprend également la République dominicaine, la République de Corée, la Roumanie et le Togo en tant que vice-présidents.

La Conférence s'est également concentrée sur le Fonds pour l'élimination du dopage dans le sport, qui a soutenu 218 projets dans 108 États parties au cours de la dernière décennie. La Conférence a adopté le plan opérationnel du Fonds pour le prochain exercice biennal et a discuté de nouvelles voies d'investissement, en particulier d’une campagne annuelle de financement encourageant les États parties à verser des contributions volontaires régulières d'au moins 1% de leur contribution totale au budget ordinaire de l'UNESCO. Une évaluation approfondie du Fonds, y compris une analyse d'impact des initiatives déjà soutenues par le Fonds, sera entreprise sur une période de dix mois. Les résultats de l'évaluation sont censés contribuer à renforcer l'efficacité, la durabilité et l'impact du Fonds par rapport aux obligations des autorités publiques en vertu de la Convention.

Le Cameroun, le Chili, la Chine, l'Italie, le Koweït et la Fédération de Russie ont été élus membres du Comité d'approbation du Fonds pour 2018-2019.

L'Agence mondiale antidopage (AMA) a participé à la Conférence à titre consultatif, tandis que d'autres partenaires clés ont assisté en qualité d'observateurs, y compris le Conseil de l'Europe (CdE), la Commission européenne et diverses organisations sportives internationales, régionales et nationales.

---

La Convention internationale de l'UNESCO contre le dopage dans le sport, comptant 187 États parties, est le seul cadre juridique mondial sur le fondement duquel les gouvernements s'attaquent aux problèmes antidopage. La Convention réglemente la législation, les politiques, les règles et les lignes directrices antidopage. En tant que bras opérationnel de la Convention, le Fonds pour l'élimination du dopage dans le sport fournit un soutien financier aux autorités publiques pour la conception et la mise en œuvre de projets dans les domaines de l'éducation antidopage, des conseils stratégiques et du renforcement des capacités.

Contact: Marcellin Dally, m.dally(at)unesco.org




<- retour vers Antidopage
Retour en haut de la page