Échantillonnage des programmes d’enseignement

Afin de faciliter le développement des programmes, la comparaison des programmes, et la certification possible des programmes, il est nécessaire de faire une collection des programmes existants d’enseignement de l’éthique. De cette façon, des expériences peuvent être échantillonnées, comparées et échangées. Il est important de rassembler les échantillons de programmes non seulement en bioéthique (comme enseignée dans les écoles de médecine et les écoles d’infirmières) mais aussi dans d’autres secteurs de l’éthique, telle que l’éthique environnementale et l’éthique de la science (comme enseignées dans les écoles scientifiques et les départements des sciences humaines).

Les échantillons rassemblés seront, après validation, intégrés dans l’Observatoire Mondial d’Ethique (GEObs). Des formulaires spéciaux ont été développés afin d'obtenir des données normalisées et comparables au sujet des activités d'enseignement. Les formulaires ont été et seront distribués parmi les experts identifiés dans les divers groupes des Etats Membres, en les invitant à faire une description détaillée de leurs programmes. Cinq formulaires spéciaux ont été conçus, selon les divers niveaux d’enseignement de l’éthique : programme initial universitaire, programme master, programme de formations professionnelles, programme de spécialisation et programme de doctorat.

Quand des experts enseignent concrètement l’éthique au sein d’une université et sont reconnus par un groupe de pays, ils sont invités à participer aux réunions régionales. Les descriptions standardisées du programme sont discutées lors des ces réunions.

Après ces réunions d’experts, toutes les descriptions de programme sont revues et mises à jour. Les versions finales sont soumises à validation. Si elles sont validées, elles entrent dans la Base de données 3 : Programme d’enseignement de l’éthique de l’Observatoire mondial d’éthique (GEObs).

Expériences

    • Pour beaucoup d’experts c’est la première fois qu’ils sont invités à faire une description standardisée de leurs programmes. Il est fréquent aussi que l’information concernant les programmes ne soit pas échangée avec les collègues. Dans certains cas les programmes d’enseignement de l’éthique sont considérés comme "le matériel classifié" ; ils semblent dépendre de la créativité et de l'expertise d'un enseignant professionnel individuel. La possibilité qu’on puisse apprendre à partir des expériences des collègues-professeurs, ou obtenir de nouvelles idées et inspiration, ou améliorer la substance des programmes, n’est pas commune dans le milieu de l’enseignement de l’éthique.

    • Les réunions d’experts pour discuter des descriptions des programmes sont intéressantes en raison des différences entre les états membres. Il n’est pas toujours facile de fournir des données exactes dans les formulaires standardisés. Pendant les réunions, les données peuvent être clarifiées et discutées, les difficultés identifiées et les problèmes considérés avec les collègues. Une fois les données empiriques obtenues et clarifiées, l’étape suivante peut être envisagée : explorer ce qui sera nécessaire pour le futur, et savoir comment l’UNESCO peut aider à favoriser l’enseignement de l’éthique. Comme les experts en matière d'enseignement d'éthique se réunissent souvent pour la première fois et se renseignent sur les autres programmes, ceci peut créer des occasions pour une future coopération.

    • Une observation au cours d’une réunion a fait part de l’absence de coopération entre les nations dans le domaine de l’enseignement de l’éthique. La coopération internationale des professeurs expérimentés dans les pays voisins a pu créer des programmes avec plus d’impact et de durabilité, mais la prise de conscience et la bonne volonté de travailler ensemble dans ce domaine demande encore plus de stimulation. Le résultat de ces réunions peut être la création d’un réseau, ou encore l’initiation d’une coopération afin de développer un programme régional avec plusieurs universités dans différents pays. De tels réseaux et formes de coopérations peuvent également s’occuper spécialement des problèmes et des questions issus des pays impliqués.

Programmes de Master en Bioéthique
Aujourd’hui, le nombre d’universités offrant des programmes de master en bioéthiques est en augmentation. Une vue d’ensemble montre que la plupart des programmes se situent dans les pays développés. Beaucoup de programmes sont enseignés en anglais, souvent pendant un ou deux ans si l’enseignement est à plein temps.

De nouvelles réunions régionales
En 2008 et 2009, de nouvelles réunions régionales d’experts seront prévues pour les pays du Maghreb et de l’Afrique, afin de relever les expériences dans l’enseignement du Continent Africain.

Retour en haut de la page