Contexte

Pendant la 32e Conférence Générale de l’UNESCO (2003), les États Membres ont exprimé le besoin d’initier et de soutenir des programmes d’enseignement de l’éthique, non seulement en bioéthique mais dans l’ensemble de l’éducation scientifique et professionnelle. L’enseignement de l’éthique varie considérablement entre les régions et les pays, et exige que soit portée une attention particulière aux questions morales issues de ces régions spécifiques. Sur la base de ces recommandations et rapports, l’UNESCO a lancé en 2004 le Programme d’éducation de la bioéthique.

En 1997, la 29e session de la Conférence générale de l’UNESCO a adopté la Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l’homme. L’article 20 de cette Déclaration souligne le besoin de promouvoir l’éducation de la bioéthique.

La Conférence mondiale sur la science, dans sa Déclaration sur la science et l’utilisation du savoir scientifique (1999), a adopté une perspective plus large, stipulant que les programmes d’enseignement des sciences devraient inclure l’éthique scientifique. Dans l’Agenda pour la science (Cadre d’action), il est souligné que « l'éthique et la responsabilité de la science devraient faire partie intégrante de l'enseignement et de la formation dispensés à tous les scientifiques. Il importe d'inculquer aux étudiants une attitude positive de réflexion, d'éveil et de sensibilisation aux dilemmes éthiques qu'ils risquent de rencontrer dans leur vie professionnelle ». La Conférence ajoute qu’il incombe en particulier à la Commission mondiale d’éthique des connaissances scientifiques et des technologies (COMEST) de l'UNESCO de suivre cette question. Si le Comité international de bioéthique axe ses réflexions sur la bioéthique, la COMEST, établie en 1998, couvre quant à elle d’autres domaines de l’éthique appliquée en relation avec les sciences et les technologies.

En 2003, la COMEST a publié un rapport intitulé L’enseignement de l’éthique. La première recommandation du rapport est d’encourager les universités et autres institutions d’enseignement supérieur à mettre en place un enseignement d’éthique à trois niveaux :

  • des cours élémentaires d’éthique pour tous les étudiants ;
  • des cours plus avancés ; et
  • des cours menant à un doctorat en éthique.

Lire le rapport [PDF, 2.7 MB]

Il est également recommandé à l’UNESCO de développer des cours d’éthique, de soutenir l’enseignement de l’éthique dans les pays en développement, de mettre en place un système de bourses et de Chaires UNESCO, et d’établir une récompense pour le meilleur programme d’enseignement de l’éthique.

Finalement, il est proposé que la COMEST établisse un conseil d’experts en éthique qui pourrait, par exemple, évaluer les propositions pour les programmes d’enseignement en éthique, développer un système global de certification pour ces programmes et évaluer les Chaires UNESCO.

L’importance de l’éducation de l’éthique a été soulignée dans la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l’homme, récemment adoptée en 2005. L’article 23 de la Déclaration encourage les Etats membres à favoriser l’éducation et la formation en matière de bioéthique à tous les niveaux, et à promouvoir la diffusion des programmes. L’éducation de l’éthique est une manière efficace et attractive d’appliquer les dispositions de la Déclaration.

Retour en haut de la page