30.04.2009 - UNESCO Social and Human Sciences

La République de Guinée établit un Comité national de bioéthique

Dans le contexte du projet UNESCO d’Assistance aux comités de bioéthique (ACB), la République de Guinée a créé un Comité national de bioéthique. Le comité a été créé par décret du Ministre de l’Éducation et de la Recherche scientifique.

Le mandat de ce comité est

  1. de formuler des politiques nationales et des régulations dans le domaine de la bioéthique,
  2. de mettre en œuvre les programmes d’information sur la bioéthique et de disséminer les connaissances relatives à la bioéthique, et
  3. de suivre les activités du Comité international de bioéthique, en coopération avec la Division de l’éthique des sciences et des technologies de l’UNESCO.

Le comité nouvellement établi par la République de Guinée compte 19 membres. Le Professeur Ibrahima Boiro, directeur du Centre d’études et de recherche environnementales de l’Université de Conakry, a été nommé Président du Comité. Les membres du comité représentent les ministères de la Santé, de la Recherche, de l’Agriculture, de l’Environnement et de la Justice, l’église catholique, le Secrétariat aux affaires religieuses, la faculté de médecine de l’université de Conakry, l’université de Sonfonia, et la Commission nationale pour l'UNESCO.

Le 6 avril 2009, un protocole d’accord a été signé entre le Comité national de bioéthique de République de Guinée et l’UNESCO, visant à assurer la coopération entre les deux instances pour les trois prochaines années. Une session de formation aux méthodes de travail a été délivrée aux membres du comité, à Conakry, les 6 et 7 avril derniers, par des experts désignés par l’UNESCO. Une base documentaire d’ouvrages de bioéthique a également été fournie dans le contexte de la coopération avec le International Bioethics Exchange Project de l’Institut Kennedy de la bibliothèque d’éthique de l’université de Georgetown, États-Unis d’Amérique. Une seconde formation sera organisée en 2010.

La République de Guinée est le quatrième pays à rejoindre le programme ACB de l’UNESCO. Les comités nouvellement formés du Togo, du Ghana, et de la Jamaïque ont déjà signé un protocole d’accord avec l’UNESCO.

L’établissement d’un Comité national de bioéthique fait suite aux recommandations de la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l’homme adoptée par l’UNESCO en 2005. Le mandat et la mission d’un Comité national de bioéthique est en général concentré sur le conseil aux politiques publiques, le débat et l’éducation du public. La portée d’un Comité national de bioéthique est donc plus large que celle d’un simple comité d’éthique de la recherche. </font></font>




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page