01.09.2016 - Secteur des sciences sociales et humaines

Signature de l’Accord pour lancer la préparation d'une Déclaration sur des principes éthiques en rapport avec le changement climatique

© UNESCO

L’UNESCO et le Royaume du Maroc ont signé ce 1er septembre 2016, au Siège de l’UNESCO à Paris, l'Accord pour la tenue de la première réunion du Groupe d'Experts Ad Hoc (GEAH) à Rabat, pour lancer la préparation d'un texte préliminaire d’une Déclaration non contraignante de principes éthiques en rapport avec le changement climatique.

L'accord avec le Maroc, pays hôte de cette réunion,  a été signé par M. Eric Falt, Sous-Directeur général de l’UNESCO pour les relations extérieures et de l'information du public, et par Prof. Abdeljalil Lahjomri, Secrétaire général de la Commission nationale marocaine pour l’éducation, les sciences et la culture.

La Directrice générale de l'UNESCO a accepté avec gratitude l'invitation du Gouvernement du Royaume du Maroc, d'accueillir cette première réunion du Groupe d’Experts Ad Hoc, à Rabat, au sein de l'Académie du Royaume, du 20 au 24 septembre 2016.

En effet, la 38e session de la Conférence générale de l'UNESCO (novembre 2015) a demandé à l'UNESCO de commencer à préparer, en coopération étroite avec la Commission mondiale d'éthique des connaissances scientifiques et des technologies (COMEST), et en consultation avec les États membres, une Déclaration préliminaire non contraignante de principes éthiques en rapport avec le changement climatique. Le but est de compléter les instruments de référence existants, en prenant en considération les résultats des processus de négociation dans le cadre de la 21e et 22e sessions de la Conférence des Parties (COP-21 et COP-22) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Ce texte préliminaire doit être soumis à la 39e session de la Conférence générale en 2017.

À la lumière de cette décision, le Royaume du Maroc − pays hôte de la COP 22 (du 7 au 18 novembre 2016 à Marrakech) − a exprimé sa volonté de soutenir ce travail de l'UNESCO.

M. Eric Falt a souligné pendant la cérémonie que la signature de cet Accord renforcera la coopération entre l'UNESCO et le Maroc pour atteindre les objectifs définis par l’Agenda sur les changements climatiques et l'Agenda 2030 sur le développement durable.

Cette importante première réunion d’experts internationaux de haut niveau est organisée sous l’égide de la Commission nationale marocaine pour l’éducation, les sciences et la culture, avec l’appui de l'UNESCO, et en particulier son Secteur des sciences sociales et humaines, son Bureau multipays à Rabat, et son Groupe de travail sur les changements climatiques.

Professeur Abdeljalil Lahjomri, à son tour, a noté le caractère global des changements climatiques qui nécessitent une solidarité forte de la communauté internationale.

La tenue de cette première réunion des experts confirme l'engagement du Royaume du Maroc pour la promotion d’accords efficaces sur le changement climatique, fondés sur une base éthique solide. Le Royaume du Maroc profitera ainsi de la présence d’experts de  haut niveau sur le changement climatique, de scientifiques et d’éthiciens de l'UNESCO pour organiser une table ronde publique autour du thème « Principes éthiques en rapport avec le changement climatique: Fondations et perspectives», à Rabat, le 24 septembre 2016.

La cérémonie de signature s’est tenue en présence de S.E. Mme Zohour Alaoui, Déléguée permanente du Maroc auprès de l'UNESCO, Mme Najat Rhandi, Déléguée permanente adjointe du Maroc auprès de l’UNESCO, M. Mohammed Benabdelkader, Secrétaire général adjoint de la Commission nationale marocaine pour l’éducation, les sciences et la culture, M. Badarch Dendev, Directeur de la Division des transformations sociales et du dialogue interculturel, représentant le Secteur des sciences sociales et humaine, M. Douglas Nakashima, Chef de Section des pays insulaires et connaissance indigène, représentant le Secteur des sciences naturelles, M. Noureddine Ellaouzi, représentant de l’agence de presse marocaine MAP à Paris, ainsi que d’autres membres du Secrétariat de l’UNESCO.




<- retour vers Bioéthique
Retour en haut de la page