05.09.2011 - UNESCOPRESS

Les États membres de l’'UNESCO examinent le rapport sur la vulnérabilité humaine face aux progrès scientifiques

Les 36 États membres du Comité intergouvernemental de bioéthique de l'UNESCO (CIGB) se prononceront, au cours de leur prochaine réunion qui se tiendra les 5 et 6 septembre, sur les mesures nécessaires pour assurer une bonne prise en charge des groupes vulnérables, comme l’importance de consacrer des budgets importants afin de leur assurer un accès aux soins.

Lors de la session qui se tiendra au Siège de l’UNESCO à Paris,  le CIGB examinera les recommandations présentées dans le nouveau Rapport du Comité international de bioéthique sur le principe du respect de la vulnérabilité humaine et de l'intégrité personnelle.

Le Rapport examine les nombreuses implications éthiques des progrès de la connaissance scientifique, de la pratique médicale et des technologies associées, qui ont amélioré notre aptitude à préserver notre santé et notre bien-être. Ces progrès, cependant, ont également ouvert la voie à certaines formes d’exploitation et à la détérioration de la situation des personnes vulnérables.


Bien qu’il ne soit ni exhaustif ni prescriptif, ce rapport analyse un  large spectre de problèmes : d’une part les questions de normes en matière de recherche, notamment dans les cas impliquant des programmes de recherche médicale menés par des entreprises des pays riches dans les pays pauvres ; d’autre part la préservation des droits et de la dignité personnes vulnérables, comme les filles et les femmes touchées par la guerre, les personnes âgées,  à revenus modestes ou  marginalisées et les personnes souffrant d’ un handicap physique ou mental.
 
Le rapport, qui se conforme aux  principes de la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l'homme adoptée par la Conférence générale de l'UNESCO en 2005, reprend les opinions et recommandations des experts indépendants composant le CIB.  L’objectif est d’ouvrir la réflexion et de définir de possibles lignes d’action pour les Etats et les  individus, les groupes, les communautés, les institutions et entreprises, qu’elles soient publiques ou privées.

                                                ****

     Contact médias: Cathy Bruno-Capvert: c.bruno-capvert(at)unesco.org


     Les journalistes souhaitant couvrir la Réunion doivent demander une                   accréditation auprès du service de presse de l'UNESCO

                                Djibril Kébé/ d.kebe(at)unesco.org

 

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page