Coalition des villes américaines contre le racisme et la discrimination

16th Street Baptist Church, Birmingham (USA) © U.S. Department of State / J. Eldridge

Dans le cadre des activités de « l’Empowerment Week »  qui auront lieu autour du 50e anniversaire des  événements tragiques qui ont marqué le mouvement des droits civiques pour l’égalité à Birmingham (Alabama), la Conférence des maires des États-Unis, en coopération avec l’UNESCO et le Département d’État des États-Unis, a lancé la Coalition des villes américaines contre le racisme et la discrimination à Birmingham (Alabama), le 12 septembre 2013.

Consulter la liste des villes signataires [PDF]

Un Plan d’Action en 10 points est actuellement communiqué aux maires afin qu’ils rejoignent la Coalition des villes américaines contre le racisme et la discrimination en signant le Plan en 10 points, et qu’ils s’engagent ainsi à prendre les mesures qui conviennent.

La coalition des États-Unis fait partie de la Coalition internationale des villes contre le racisme, la discrimination et l’intolérance, qui a été établie par l’UNESCO en 2004 et est un réseau mondial de villes souhaitant partager leurs expériences afin d’améliorer leurs politiques pour lutter contre le racisme, la discrimination, la xénophobie et l’exclusion. La coalition des États-Unis rejoint d’autres coalitions de villes qui se sont formées au Canada, en Amérique latine et Caraïbes, en Europe, en Afrique, dans les pays arabes et en Asie et Pacifique.

Au cours des cinquante années qui ont suivies le meurtre de Medgar Evers a Jackson, le bombardement de l’Eglise Baptiste de la 16ème rue à Birmingham qui a tué quatre jeunes filles, et la manifestation conduite par le Dr Martin Luther King, Jr. à Washington, de nombreux progrès ont été faits pour résoudre les griefs du passé et garantir les droits civiques et les droits de l’homme de tous les Américains. Les lois fédérales civiques et les lois sur le droit de vote ont été adoptées, et dans une large mesure appliquées. Mais beaucoup reste à faire. En dépit de tous les progrès qui ont été réalisés dans le domaine des droits civiques en Amérique, de sérieuses disparités raciales et ethniques persistent : les Afro-Américains et les Hispaniques risquent davantage de connaître la pauvreté que leurs homologues blancs. Les enfants afro-américains sont trois fois plus susceptibles d’être pauvres que les enfants blancs. La probabilité qu’ils n’aient pas d’assurance maladie est une fois et demi supérieure à celle qui concerne les enfants blancs et le risque qu’ils meurent avant leur premier anniversaire est deux fois plus élevé. Les Afro-Américains et les Hispaniques ont des taux de chômage plus élevés que ceux de la population blanche.

La criminalité affecte de façon disproportionnelle les garçons et les hommes afro-américains et hispaniques. Les politiques – issues tant du secteur public que du privé – accentuent l’effet des statistiques d’incarcération sur les Afro-Américains et les Hispaniques ; celles-ci rendent difficile, voire impossible, pour les personnes sortant de prison de revenir dans leur communauté, de trouver un emploi et un logement sûrs, et de devenir des membres actifs au sein de la société.

Depuis des décennies, les maires américains ont pris une position très ferme en faveur des droits civiques et se sont opposés au racisme et à toutes les formes de discriminations. Les politiques adoptées ont favorisé le droit de vote, la discrimination positive, l’équité en matière de logement, les droits des personnes homosexuelles et le mariage pour les couples de même sexe, les efforts pour inculquer la tolérance et pour résoudre les conflits de manière pacifique, et l’intégration des immigrés au sein de leur communauté. Ils se sont opposés à toute discrimination fondée sur la race, l’origine ethnique, la religion, l’orientation sexuelle, le handicap, l’âge et le genre. Ils ont dénoncé la discrimination dans l’emploi et le logement.  Ils se sont opposées aux crimes de haine et ont encouragé les maires à s’élever contre eux lorsqu’ils ont lieu. Au cours des dernières années, Ils   ont également porté leur attention sur la traite d’êtres humains et la violence à l’égard des femmes. De façon individuelle, les maires et les autorités municipales  ont œuvré à l’élimination de nombreuses discriminations dans les domaines du logement, de l’emploi, de l’éducation, des soins de santé, des services municipaux,  des acquisitions, et dans d’autres sphères vitales. En tant que responsables de leur communauté, de nombreux maires ont dénoncé les discriminations et les injustices lorsqu’elles se produisaient  et ont déployé des efforts importants pour permettre l’intégration des immigrés au sein de leurs communautés et ont adopté diverses politiques afin d’inclure pleinement les résidents LGBT et de les traiter de manière équitable. 

Des progrès significatifs ont été réalisés, mais il reste cependant beaucoup à faire.

 


 

Plan d’Action en 10 points

Les villes américaines sont invitées à devenir membre de la Coalition des villes américaines contre le racisme et la discrimination en adhérant au Plan d’Action en 10 points. Elles s'engagent ainsi à mettre en œuvre les différentes étapes de ce plan.

Pour rejoindre cette coalition, les maires s’engageront à entreprendre les 10 mesures :

Par l’intermédiaire de la Conférence des maires des Etats-Unis

  1. Poursuivre les efforts collectifs pour s’élever contre le racisme et les autres formes de discrimination et proposer des solutions, et s’allier dans cet effort avec les organisations nationales de défense des droits civiques ;
  2. Défendre l’inclusion et la non-discrimination dans l’ensemble des lois fédérales, des politiques et des programmes ;
  3. Œuvrer à la réforme des peines et des prisons afin de réduire les disparités de taux de condamnation et d’incarcération entre Afro-Américains, Hispaniques et Blancs ;
  4. Améliorer la capacité des personnes qui sortent de prison – parmi lesquelles on trouve une proportion très importante d’Afro-Américains, Hispaniques – à réintégrer leur communauté par le biais d’une augmentation du soutien fédéral aux programmes Deuxième chance et grâce à la modification de certaines politiques et procédures qui entravent, voire rendent impossible, de devenir un membre de la société à part entière ;
  5. Continuer à demander un renforcement de l’effort national pour la réduction de la pauvreté - dont les minorités souffrent de façon disproportionnelle - et créer des opportunités d’emploi en favorisant la création d’emploi, la formation professionnelle, l’offre de garde d’enfants, l’offre de transports en commun, l’accès à des logements abordables, ainsi que formes d’assistance nécessaires. 

Dans les villes :

  1. Garantir que les politiques municipales et les procédures favorisent l’inclusion et ne génèrent aucune discrimination et que les agents municipaux possèdent la formation nécessaire à leur mise en œuvre ;
  2. Utiliser la tribune de la Coalition,  pour diffuser des idées clefs sur des questions importantes, prendre part aux débats parfois difficiles mais nécessaires qui pourraient se faire jour, dénoncer les crimes de haine et tous les actes de discrimination lorsqu’ils surviennent, et apporter de l’aide et un accompagnement aux victimes de discriminations ;
  3. Travailler avec le système scolaire pour promouvoir l’éducation à la différence, l’importance de la tolérance et des  comportements respectueux des différences entre les individus ;
  4. Faciliter l’intégration à la communauté des immigrés et des autres nouveaux résidents
  5. Encourager des activités communautaires célébrant la diversité et informant les résidents des villes des différentes cultures qui composent la population d’une ville.

Contacts

UNESCO

Marcello Scarone Azzi
Secteur des sciences sociales et humaines
UNESCO
1 rue Miollis 75732 Paris Cedex 15 France
Courriel : m.scarone(at)unesco.org

U.S. Conference of Mayors

Laura DeKoven Waxman
Director of Public Safety
The U.S. Conference of Mayors
1620 Eye Street, NW
Washington, DC 20006
États-Unis d'Amérique
Tél. : (202) 861-6754 (w)
Courriel : lwaxman(at)usmayors.org

Retour en haut de la page