Les enfants de la rue

Les Nations Unies estiment à 150 millions le nombre d’enfants définis comme enfants de la rue. Les causes peuvent être multiples : violence, drogue, alcoolisme, décès d’un parent, explosion familiale, conflit armé, catastrophe naturelle ou simple effondrement socio-économique. Mais le résultat est le même : ces jeunes se retrouvent forcés de vivoter dans la rue, fouillant les poubelles, mendiant, vendant à la sauvette dans les quartiers pauvres et les villes polluées du monde en développement.

Il existe plusieurs catégories d’enfants de la rue. Il y a ceux qui y travaillent pour obtenir leur unique source de revenu, ceux qui y passent leurs journées mais retrouvent une forme de cellule familiale le soir et ceux qui y vivent de façon permanente sans aucun soutien familial. Ils sont tous exposés aux abus, à l’exploitation ou à la violence policière mais les plus vulnérables sont ceux qui vivent et dorment dans la rue, se cachant sous les ponts, dans les égouts et les gares. Si certains survivent grâces à des petits boulots comme cireurs de chaussures ou vendeurs au marché, nombreux sont ceux qui meurent dans la rue, victimes de la drogue, des guerres de gangs ou de maladies. Sans aucune forme d’éducation de base ni la moindre notion économique, ces enfants n’ont aucun avenir et leur espérance de vie reste effroyablement basse.

Comment acheminer l’éducation jusqu’à ces enfants alors qu’ils ont été traités comme des criminels toute leur vie, qu’ils n’éprouvent que de la méfiance vis à vis des institutions, de l’autorité ou des activités organisées? Ils ne conçoivent le monde adulte que comme une menace. L’éducation non formelle est une approche qui permet de faire face à ses peurs légitimes tout en laissant la porte ouverte à un retour vers les systèmes éducatifs traditionnels. On compte de nombreuses initiatives adaptables aux enfants de la rue. De la danse à la musique en passant par le sport et le cirque, les méthodes d’approche sont multiples. Les projets soutenus par l’UNESCO obtenant les meilleurs résultats font désormais partie du Programme d’éducation pour les enfants en détresse.

Depuis 1992, des projets pour les enfants de la rue ont été menés dans les pays suivants : Afrique du Sud, Allemagne, Bangladesh, Bénin, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Colombie, Costa Rica, Equateur, Ethiopie, Ghana, Haïti, Inde, Kenya, Lituanie, Mali, Maroc, Maurice, Mongolie, Namibie, Ouganda, Pakistan, Paraguay, Pérou, Philippines, Pologne, République Dominicaine, Roumanie, Russie, Sénégal, Serbie, Sri Lanka, Territoires Autonomes Palestiniens, Thaïlande, Togo, Tunisie, Viet Nam, Zambie, Zimbabwe.


Mobilisez-vous ! Dons : mode d’emploi ...

Retour en haut de la page