22.11.2016 - ODG

Ouverture de la conférence sur les « Villes accueillantes pour les réfugiés » à Athènes

© Marianna Vardinoyannis Foundation -Director-General‎ Irina Bokova receives the 2016 Award of the Marianna Vardinoyannis Foundation, presented to her by H.E. Prokópis Pavlópoulos, President of the Hellenic Republic.

Le 22 novembre, la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Irina Bokova, a ouvert la conférence de haut niveau intitulée « Villes accueillantes pour les réfugiés : promouvoir l'inclusion et protéger les droits » tenue à Athènes (Grèce). L’événement s’est déroulé en présence de S. E. M. Prokópis Pavlópoulos, Président de la République hellénique, de S. E. Mme Odeta Nishani, Première Dame de la République d’Albanie, de S. E. Mme Andri Anastasiadis, Première Dame de la République de Chypre, de Mme Marianna V. Vardinoyannis, fondatrice de la Fondation Marianna V. Vardinoyannis et Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO, de M. Ioannis Mouzalas, Ministre de la politique migratoire de la Grèce, et de M. Ioannis Amanatidis, Vice-Ministre des affaires étrangères de la Grèce.

« Les villes sont aujourd’hui des moteurs essentiels du changement positif, du dialogue, de l’inclusion. C’est pourquoi nous sommes réunis pour tenir notre engagement à aider les villes, en établissant une cartographie des difficultés, en renforçant les capacités et en concevant de nouvelles formes de coopération », a déclaré la Directrice générale dans son discours d’ouverture.

Les villes sont en première ligne dans l’action menée pour encourager le bien-être et l’inclusion des réfugiés et des migrants ; elles ont aujourd’hui un rôle de plus en plus important à jouer pour garantir le respect des droits humains et la cohésion sociale.

La coordination et l’échange des connaissances entre les acteurs à tous les niveaux est nécessaire pour obtenir des effets inclusifs et durables dans les villes.

Marianna V. Vardinoyannis, fondatrice de la Fondation Marianna V. Vardinoyannis et Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO, a fait écho à ce message en soulignant que le moment était venu d’approfondir notre compréhension du problème, en veillant à prévenir les cas de violation des droits humains.

Dans son allocution, M. Prokópis Pavlópoulos, Président de la République hellénique, a rappelé que le principe de solidarité n’est pas un concept vague, mais une norme solidement ancrée dans le droit et les traditions de l’Europe.

Il a invité l’UNESCO à promouvoir la valeur suprême, celle du respect mutuel entre les êtres humains.

Les membres du Gouvernement grec ont unanimement salué le rôle majeur de l’UNESCO dans la promotion de sociétés inclusives. 

M. Ioannis Amanatidis, Vice-Ministre des affaires étrangères de la Grèce, a demandé à l’Organisation d’encourager le dialogue interculturel, tandis que M. Ioannis Mouzalas, Ministre de la politique migratoire de la Grèce, a invité l’UNESCO à mener l’action pour la préservation de la dignité et de la solidarité humaines.

Selon Mme Odeta Nishani, Première Dame de l’Albanie, les réponses doivent s’articuler autour des trois axes suivants : le respect des droits humains, le respect du droit international et le respect du partage des responsabilités.

Mme Andri Anastasiadis, Première Dame de Chypre, a rappelé que la diversité, loin d’être une faiblesse, est plutôt notre force commune.

C’est dans cet esprit de coopération et de solidarité que l’UNESCO, la Fondation Marianna V. Vardinoyannis, et la Coalition européenne des villes contre le racisme, l’une des sept coalitions régionales et nationales de la Coalition internationale de villes inclusives et durables, ont conclu un partenariat dans le cadre de l’initiative « Villes accueillantes pour les réfugiés : promouvoir l'inclusion et protéger les droits ». 

Cette initiative a été inaugurée au Siège de l’UNESCO le 9 mai 2016. Une publication de l’UNESCO intitulée Villes accueillantes pour les réfugiés : renforcer une gouvernance urbaine efficace à l'ère des migrations lancée lors de la conférence à Athènes est le premier résultat tangible de ce partenariat.

La publication s’appuie sur les recherches réalisées en collaboration avec les villes membres de la Coalition. La conférence a également donné aux participants l’occasion d’échanger des expériences, des connaissances et des bonnes pratiques en vue d’élargir cette initiative à différentes régions du monde. 

À cet égard, un guide adressé aux autorités municipales et aux parties prenantes concernées qui fera l’objet de discussions lors de la réunion d’experts organisée dans le cadre de la conférence, le 23 novembre à Athènes, constituera un outil précieux.

« La diversité croissante dans les villes est une réalité, ce qui nécessite de nouvelles politiques visant à autonomiser chaque homme et femme, notamment les migrants et les réfugiés. C’est pourquoi nous avons besoin d’un nouvel engagement de tous pour combattre la discrimination sous toutes ses formes, répondre à la haine et à la violence, défendre les droits humains et remplir toutes les obligations internationales », a déclaré la Directrice générale.

« Aujourd’hui plus que jamais, nous devons nous unir pour la diversité qui enrichit l’humanité et pour les valeurs qui nous rassemblent au sein d’une même famille. »

Cette initiative fait écho au Programme de développement durable à l’horizon 2030, au Nouvel agenda urbain et à la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants en visant l’autonomisation des gouvernements locaux en tant que responsables du respect des droits humains dans leurs domaines de compétence, tels que le logement, l’eau et l’assainissement, l’alimentation, la santé et l’éducation.

La Directrice générale a reçu à cette occasion le prix 2016 de la Fondation Marianna V. Vardinoyannis, en reconnaissance de l’action de l’UNESCO au service de la dignité humaine.




<- retour vers Lutte contre la discrimination
Retour en haut de la page