Le changement environnemental mondial

Global Environmental Change

© Photo ONU / L. Abassi - Des civils tentent d'éviter la colère de l'ouragan Ike

Le changement environnemental mondial comprend des processus comme la perte de biodiversité, la pénurie d’eau douce et le changement climatique. Comprendre la complexité, l’interconnectivité et la sensibilité des systèmes sociaux, des écosystèmes et de leurs interfaces est nécessaire pour faire face et se préparer au changement environnemental. Les enjeux associés au changement ne se situent pas « en dehors » des sociétés humaines : ils font partie intégrante de leur fonctionnement. Depuis le premier Sommet « Planète Terre » à Rio de Janeiro en 1992, on admet généralement que le développement durable présente des aspects à la fois sociaux et environnementaux, et que ceux-ci sont inséparables. Il apparaît aujourd’hui de plus en plus clairement que tout enjeu social est, sous certains aspects, un enjeu environnemental, et vice versa.

Le changement environnemental mondial est donc aujourd’hui un moteur très important des transformations sociales, et l’on s’attend à ce que ses effets augmentent pendant les décennies à venir – peut-être même au point de remettre en question non seulement la croissance et la prospérité mais aussi l’inclusion sociale et la mise en œuvre des droits humains. Ce changement fait naître, par conséquent, des enjeux éthiques qui doivent être saisis dans le cadre d’une réflexion critique tournée vers l’avenir.

Pour aborder ces questions, l’équipe sur le changement environnemental mondial travaille dans trois directions complémentaires :

  • identifier les enjeux éthiques et sociaux liés au changement environnemental mondial, en particulier le changement climatique, la perte de biodiversité et la pénurie d’eau douce, en soutenant la production de connaissances dans le domaine des sciences sociales et humaines, à l’intérieur d’un cadre scientifique intégré ;
  • réfléchir aux principes éthiques permettant de comprendre les enjeux environnementaux et d’offrir une base normative pour y répondre ;
  • soutenir dans plusieurs pays la mise en place de politiques nationales fondées à la fois sur l’éthique et les sciences sociales pour l’adaptation au changement environnemental mondial, en accordant une attention particulière aux méthodes d’évaluation et à la conception des politiques.

Actualités


Publication

Retour en haut de la page