Diversité culturelle

La définition de la culture a souvent été sujette à controverse et le terme est utilisé de façon multiple. Une définition assez commune est la suivante :

« La culture est un ensemble complexe qui inclut savoirs, croyances, arts, positions morales, droits, coutumes et toutes autres capacités et habitudes acquis par un être humain en tant que membre d’une société. »1

Le terme sous-culture est utilisé en référence à des minorités culturelles à l’intérieur d’une culture dominante.

Les flots transfrontaliers de populations, tels que la migration, amènent à davantage de diversité à l’intérieur des sociétés. Cette diversité faite de traditions et de coutumes est appelée diversité culturelle. La Conférence générale de l’UNESCO a adopté en 2001 la Déclaration universelle sur la diversité culturelle [PDF, 789 KB]. La Déclaration, la première du genre au sein de la communauté internationale, élève la diversité culturelle au rang d’héritage commun de l’humanité. Ainsi, la protection de la diversité culturelle est un impératif éthique inséparable de la dignité humaine. En comprenant la notion de diversité culturelle, il est important de se référer à la Déclaration :

  • Tout d’abord la Déclaration promeut le principe que « La culture prend des formes diverses à travers le temps et l’espace. Cette diversité s’incarne dans l’originalité et la pluralité des identités qui caractérisent les groupes et les sociétés composant l’humanité. Source d’échanges, d’innovation et de créativité, la diversité culturelle est, pour le genre humain, aussi nécessaire qu’est la biodiversité dans l’ordre du vivant. En ce sens, elle constitue le patrimoine commun de l’humanité et elle doit être reconnue et affirmée au bénéfice des générations présentes et des générations futures. » (Article 1)

  • Deuxièmement, la Déclaration insiste sur le passage de la diversité culturelle au pluralisme culturel. « Dans nos sociétés de plus en plus diversifiées, il est indispensable d’assurer une interaction harmonieuse et un vouloir vivre ensemble de personnes et de groupes aux identités culturelles à la fois plurielles, variées et dynamiques. Des politiques favorisant l’inclusion et la participation de tous les citoyens sont garantes de la cohésion sociale, de la vitalité de la société civile et de la paix. Ainsi défini, le pluralisme culturel constitue la réponse politique au fait de la diversité culturelle. Indissociable d’un cadre démocratique, le pluralisme culturel est propice aux échanges culturels et à l’épanouissement des capacités créatrices qui nourrissent la vie publique. » (Article 2)

  • Troisièmement, la Déclaration délimite la diversité culturelle comme un facteur de développement. « La diversité culturelle élargit les possibilités de choix offertes à chacun ; elle est l’une des sources du développement, entendu non seulement en termes de croissance économique, mais aussi comme moyen d’accéder à une existence intellectuelle, affective, morale et spirituelle satisfaisante. » (Article 3)

  • Enfin, la diversité culturelle présuppose le respect des droits de l’homme « La défense de la diversité culturelle est un impératif éthique, inséparable du respect de la dignité de la personne humaine. Elle implique l’engagement de respecter les droits de l’homme et les libertés fondamentales, en particulier les droits des personnes appartenant à des minorités et ceux des peuples autochtones. Nul ne peut invoquer la diversité culturelle pour porter atteinte aux droits de l’homme garantis par le droit international, ni pour en limiter la portée. » (Article 4)



1 Tylor, E. in Seymour-Smith, C. (1986) Macmillan Dictonary of Anthropology. The Macmillan Press LTD.

Retour en haut de la page