Etat-nation

L’état-nation est un domaine dans lequel les frontières culturelles se confondent aux frontières politiques. L’idéal de l’état-nation est que l’état incorpore les personnes d’un même socle ethnique et culturel. Cependant, la plupart des états sont polyethniques. Ainsi, l’état-nation « existerait si presque tous les membres d’une seule nation était organisés en un seul état, sans autre communautés nationales présentes. Bien que le terme soit souvent usité, de telles entités n’existent pas ».

La nation comme nous la pensons aujourd’hui est un produit du 19ème siècle. Depuis les temps modernes, la nation est reconnue comme « la » communauté politique qui assure la légitimité d’un état sur son territoire, et qui transforme l’état en état de tous les citoyens. La notion d’état-nation insiste sur cette nouvelle alliance entre nation et état. La nationalité est censée lier le citoyen à l’état et aux avantages des politiques sociales de l’Etat Providence. 1

Apres la première guerre mondiale, le principe du “droit des peuples à disposer d’eux-mêmes” était souvent utilisé par les juristes internationaux, les gouvernements nationaux et leurs opposants. La demande que le peuple doive se gouverner lui-même a été assimilée à la demande que les nations doivent décider de leur propre destin.

Il s’en est suivi que l’état et la nation en sont arrivés à signifier la même chose et ont commencé à être utilisés de façon interchangeable. Le terme « national » est en arrivé à signifier tout ce qui est conduit et régulé par l’état. 2 Aujourd’hui, l’idée est que les nations devraient être représentées à l’intérieur d’un territoire défini.

Cependant, l’idée d’état-nation devient problématique car l’état n’est plus considéré comme le principal refuge de la culture nationale. 3 La crise de l’état -nation se rapporte à la séparation entre état et nation. Les identités sociales, et en particulier la culture nationale, peuvent se réaffirmer de multiples façons car l’état s’affranchit de plus en plus de ses fonctions traditionnelles. 4 En Europe de l’ouest, la crise identitaire nationale est liée à la montée du nouveau nationalisme qui opère à différents niveaux, allant de la xénophobie aux formes plus modérées de nationalisme culturel. Ce nouveau nationalisme se développe davantage contre les immigrés que contre les autres nations ; il est moins motivé par des notions de supériorité culturelle que par les implications que le multiculturalisme a sur l’état providence. Ainsi, un grand défi qui se pose à l’état démocratique multiculturel est celui de trouver les moyens de préserver le lien entre citoyenneté sociale et multiculturalisme. Sans la citoyenneté, le multiculturalisme sera critiqué par les nationalismes qui pointent du doigt les insécurités sociales.


1 Smelser, N. J. and Baltes, P. B. (eds.) 2001. International Encyclopaedia of the Social and Behavioural Sciences. Vol. 15. Elsevier. Oxford Science Ltd.

2 Smelser, N. J. 1994. Sociology. UNESCO. Blackwell. UK.

3 Delanty, G. 1996. Beyond the Nation-State: National Identity and Citizenship in a Multicultural Society - A Response to Rex, Sociological Research Online, vol. 1, no. 3

4 Balibar, 1991 in Delanty, G. 1996.

Retour en haut de la page