Naturalisation

Ce terme fait référence à l’obtention de la citoyenneté d’un Etat par un non national. Les personnes qui n’ont pas obtenu la nationalité d’un Etat par naissance peuvent l’acquérir plus tard par naturalisation. Les règles qui gèrent l’obtention de la citoyenneté diffèrent d’un Etat à l’autre et peuvent être plus ou moins restrictives. La naturalisation est une décision optionnelle de l’Etat qui statue que tous les candidats réunissant certaines conditions précises peuvent être naturalisés.1 Dans certains Etats, la naturalisation est perçue comme impliquant non seulement un changement légal, mais aussi un changement identitaire culturelle et politique que les immigrants peuvent avoir du mal à concevoir. La différence dans les politiques et attitudes vis-à-vis de la naturalisation peut être reflétée dans les niveaux de naturalisation (% de migrants obtenant la nationalité) des différents Etats.

Selon la Convention des Nations unies de 1954 relative au statut des apatrides, « Les Etats contractants faciliteront, dans toute la mesure du possible, l'assimilation et la naturalisation des apatrides. Ils s'efforceront notamment d'accélérer la procédure de naturalisation et de réduire, dans toute la mesure du possible, les taxes et les frais de cette procédure. » (Art.32)


1 Brubaker, R. Citizenship and Nationhood in France and Germany.

Retour en haut de la page