27.06.2012 - Secteur des sciences sociales et humaines

L’« avenir que nous voulons » doit être éthique

© Flickr / Oxfam International

Une semaine après la clôture de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20), la session extraordinaire de la Commission mondiale sur l’éthique des connaissances scientifiques et des technologies (COMEST) sera l'occasion pour les experts, les gouvernements et les communautés scientifiques de réfléchir, du point de vue de l’éthique, au rôle de la science et de la technologie dans les différents domaines du développement durable. En effet, pour être inclusif, équitable et durable, l’« avenir que nous voulons » doit être éthique. La COMEST se réunira les 2 et 3 juillet à la Maison de l’UNESCO, puis le 4 juillet à l’Académie des sciences à Paris.

Comme l’ont souligné les conclusions de Rio+20, le développement rapide de la science et de la technologie a apporté une prospérité sans précédent, mais a également posé des défis aux sociétés, se traduisant parfois par des menaces sérieuses. Selon l’article 27 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, « Toute personne a le droit … de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent ». Comment s’assurer que ce droit soit honoré dans l’organisation concrète de la science et de la technologie ? L’approche éthique, qui réfléchit à l’articulation entre principes abstraits et mécanismes institutionnels concrets, vise à répondre à cette question. C’est la raison d’être de la COMEST, qui comprend 18 membres individuels, issus de toutes les régions du monde, ainsi que 11 membres ès qualités, représentant notamment les programmes scientifiques intergouvernementaux de l’UNESCO ainsi que différentes instances scientifiques internationales. Les États membres de l’UNESCO assistent, comme observateurs, aux travaux de la COMEST.

La COMEST travaillera sur quatre thèmes principaux, qui tous font apparaître l’articulation entre science, technologies et développement durable: 1) éthique et changement climatique, 2) éthique de la science, 3) éthique du développement, et 4) éthique des nanotechnologies et des technologies convergentes. La séance du 2 juillet, consacrée aux affaires internes à la COMEST, est privée. Les séances du 3 et du 4 juillet sont ouvertes au public, sur inscription. L’ordre du jour prévoit des espaces de discussion qui permettent à la COMEST d’échanger avec les spécialistes intéressés par ses travaux. La COMEST, en effet, est une instance ouverte, qui a vocation à favoriser un large débat autour de ses orientations et de ses conclusions.

Agenda [PDF]

La session extraordinaire de la COMEST est rendue possible par le généreux soutien financier de la Fondation Bettencourt Schueller.

Les 2 et 3 juillet 2012 (10h-18h)
Maison de l’UNESCO
1 rue Miollis
75015 Paris (Metro : Ségur)
Salle XIV

Le 4 juillet 2012 (9h30-20h)
Institut de France
23 Quai de Conti
75006 Paris (Metro : Mabillon)

Contact media
John Crowley, +33 (0)1 45 68 38 28, j.crowley(at)unesco.org




<- retour vers Programme pour la Gestion des transformations sociales (MOST)
Retour en haut de la page