La genèse de l'idée

L’idée est née tout d’abord d’un constat. En effet, lors de la mise en œuvre des différentes activités relatives au programme de philosophie de l’UNESCO, il est apparu que les femmes philosophes étaient faiblement représentées au sein des grandes rencontres de la philosophie. Cette préoccupation a été également relayée par de nombreuses femmes philosophes de renom, qui ont souhaité, conjointement avec l’UNESCO, pallier cet état de fait. Ces femmes philosophes ont été à l’initiative de ce Réseau et par là même d’une nouvelle dynamique en faveur du dialogue entre les philosophes et les philosophies à travers le monde.

Cette présence très limitée des femmes philosophes ne traduit aucunement un désintérêt de leur part mais sert de révélateur. De très nombreuses femmes philosophes travaillent sans relâche, écrivent, réfléchissent à travers le monde. L’idée est donc de leur donner la parole, de relayer leurs voix et leurs travaux.

L'idée a ensuite mûri. Le Réseau International des Femmes Philosophes vise à soutenir les femmes dans leurs activités de philosophie, à favoriser la solidarité entre elles, à leur donner les moyens d’être légitimes, reconnues et visibles. Ce Réseau est une plateforme à tous les niveaux : national, régional et mondial.

L’idée est sortie de son cocon et a rencontré un très fort écho. Suite à un Appel qui a été lancé par Monsieur Pierre Sané, Sous-Directeur général pour les Sciences sociales et humaines, pour la constitution d’une base de données de femmes philosophes dans le monde, des réponses très nombreuses et très enthousiastes ont été reçues en provenance de toutes les régions du monde. Cet engouement très significatif témoigne que cette idée de Réseau International des Femmes Philosophes était appropriée et attendue.

Retour en haut de la page