18.03.2010 - UNESCO

Conclusions des premières Assises du Réseau international des femmes philosophes

Les premières Assises du Réseau international des femmes philosophes parrainé par l’UNESCO se sont tenues au Siège de l’UNESCO à Paris (France), les 14 et 15 décembre 2009. L’événement a rassemblé plus de 80 femmes philosophes venant d’Afrique, Amérique latine et Caraïbes, Asie et Pacifique, Europe et Amérique du Nord, et de la région arabe, et a été inauguré par Pierre Sané, Sous-Directeur général pour les sciences sociales et humaines de l’UNESCO. Les conclusions sont maintenant disponibles.

Dans son allocution d’ouverture, Pierre Sané a affirmé que « pour l'UNESCO, le Réseau des femmes philosophes est avant tout un réseau de philosophes, c'est-à-dire un vivier de forces du savoir, une myriade d'idées novatrices, une dynamique intellectuelle d'envergure ». Moufida Goucha, Chef de la Section Philosophie et Démocratie de l’UNESCO, a souligné quant à elle que le Réseau international des femmes philosophes doit nous rappeler que « la non-représentation des femmes philosophes sur la scène publique internationale ne traduit certainement pas un désintérêt de la part des femmes philosophes. Nul n’ignore aujourd’hui que de très nombreuses femmes philosophes travaillent, écrivent, réfléchissent à travers le monde ».

Les premières Assises ont permis aux participantes de discuter entre autres de la structure du Réseau, de sa raison d’être et de ses orientations futures. Barbara Cassin, Présidente fondatrice du Réseau, a rappelé que le réseau a été créé à l’attention de toutes les femmes philosophes du monde. C’est à ce titre qu’il reviendra aux membres elles-mêmes de faire de leur Réseau un rassemblement universel où chacune apportera une contribution spécifique, témoignant ainsi de la diversité, de la solidarité et du partage du savoir dans la communauté philosophique.

Les initiatives du Réseau international des femmes philosophes entendent également contribuer à l’égalité entre les sexes, l’une des priorités de l’UNESCO, non pas simplement par une rhétorique, mais à travers une véritable mise en avant de la contribution significative des recherches et des réflexions produites et portées par les femmes philosophes et qui, pour beaucoup, n'ont pas toujours la facilité d'être relayées et diffusées.

Enfin, les débats qui ont eu lieu pendant les Assises autour de la question « Qu’est-ce que les hommes philosophes pensent des femmes philosophes ? » feront l’objet d’une publication qui comprendra entre autres, « Qui est femme ? Qui est homme ? Ou l’enjeu d’une certitude sans critère », présenté par Ali Benmakhlouf ; « Ce que j’ai appris de mes deux sœurs philosophes à propos de la philosophie », présenté par Souleymane Bachir Diagne ; « Parfois une femme pose la bonne question », présenté par Charles Malamoud. Cette question, formulée d’une manière provocatrice, a permis aux participants d’interroger la notion même de « femme philosophe ».

Il a été décidé que dans les mois à venir, un Comité directeur sera établi, comprenant 20 femmes philosophes (5 par région). Son rôle sera de déterminer les activités et les orientations futures du réseau. Les actes du colloque sont en cours de publication.

Le Réseau international des femmes philosophes parrainé par l’UNESCO compte aujourd’hui plus de 1300 membres de par le monde, dont les domaines d’activité reflètent une grande diversité de pratiques liées à la philosophie.

Contact : Section de Philosophie et Démocratie, UNESCO M. Phinith Chanthalangsy Tél. : +33 (0)1 45 68 43 47 ; Fax : +33 (0)1 45 68 57 29 Courriel : p.chanthalangsy@unesco.org

 




<- retour vers Philosophie
Retour en haut de la page