Les jeux et sports traditionnels

Les jeux et sports traditionnels (JST) peuvent constituer les racines d’une communauté. L’UNESCO s’évertue à protéger et à promouvoir ces sports traditionnels en vue de favoriser l’esprit de communauté, de rassembler les peuples et instaurer le sens de la fierté des racines d’une culture.

Venez rejoindre le réseau de l’UNESCO pour les jeux et sports traditionnels !



Les jeux et sports traditionnels font partie de l’héritage intangible et représentent un symbole de la diversité culturelle de nos sociétés. Ils sont aussi un moyen efficace d’expression des valeurs, de solidarité, de diversité, et de conscience culturelle. L’UNESCO œuvre dans le sens de la préservation, la promotion, et le développement des jeux et sports traditionnels pour qu’ils fassent partie intégrante des stratégies nationales de développement. Tout ceci vise à concrétiser notre but final qui est le sport pour la paix et le développement. A l’heure actuelle, l’UNESCO met en œuvre des projets pilotes de formation à la lutte traditionnelle pour les jeunes de 22 pays Africains.

Dans la Déclaration de Punta del Este [PDF, 3 MB], adoptée par la troisième Conférence internationale des ministres et hauts fonctionnaires responsables de l'éducation physique et du sport (MINEPS III) tenue en décembre 1999, les ministres ont appuyé la préservation et la mise en valeur des sports traditionnels et autochtones relevant du patrimoine culturel des régions et des nations, y compris par l'établissement d'une Liste du patrimoine mondial des jeux et sports traditionnels.

De plus, les jeux et sports traditionnels renvoient aux différentes expressions culturelles, créent des passerelles entre les cultures pour une meilleure compréhension mutuelle.

Il faut continuer à préserver et encourager les jeux et sports traditionnels, patrimoine culturel de l’humanité, gage d’enrichissement pour les sociétés humaines, mémoire des civilisations.

A cet égard, deux propositions importantes ont été faites lors de MINEPS III. L’une tendant à publier une liste des jeux et sports traditionnels du patrimoine mondial et l’autre, visant à la mise en place d’un cadre incitatif à la promotion et la préservation de ses sports qui devrait aboutir à l’élaboration d’une Charte internationale des Jeux et Sports traditionnels.

Préserver et promouvoir les Jeux et Sports traditionnels est une contribution primordiale de la valorisation d’un domaine aussi important qu’essentiel de l’héritage intangible du patrimoine culturel mondial.

La plupart des jeux et sports traditionnels, expressions de cultures et de modes de vie autochtones qui contribuent à l'identité communautaire des êtres humains, ont déjà disparu et ceux qui subsistent sont menacés de disparition et d'extinction imminentes sous l'effet combiné de la mondialisation et de l'uniformisation de la riche diversité du patrimoine sportif mondial.

Les jeux et sports traditionnels peuvent être extrêmement profitables en terme de compréhension interculturelle et de tolérance mutuelle tant au sein des communautés de nations qu'entre elles, et contribuer ainsi à l'édification d'une culture de la paix.

MINEPS IV [PDF, 199 KB] a réitéré toute l’importance des jeux et sports traditionnels et a recommandé une série de dispositions concrètes pour leur promotion et développement. La Conférence Générale de l’UNESCO à sa 33ème session à repris à son compte les perspectives sur lesquelles l’Organisation entend faire face aux enjeux liés aux jeux et sports traditionnels.

Pour donner une suite concrète à celles-ci, la Résolution 33C/R.21 [PDF, 1756 KB] a permis l’organisation d’une consultation collective au Siège de l’UNESCO, le 13 mars 2006, pour explorer la mise en place d’une plate-forme internationale pour la promotion et le développement des jeux et sports traditionnels. Celle-ci a abouti à l’adoption d’un projet cadre d’actions avec un calendrier. L’ensemble de ces dispositifs sera examiné pour son lancement, à l’occasion du Festival International de la Lutte Traditionnelle qui aura lieu à Almaty au Kazakhstan en novembre 2006. Entre-temps, un Comité de coordination a été mis en place pour en assurer le suivi.

Voir également :

 

Retour en haut de la page