Réunion du Comité Scientifique International du projet La route de l’esclave de l’UNESCO à Port-Louis (République de Maurice), 27 - 29 novembre 2017

La réunion statutaire du Comité Scientifique International du Projet Route de l'Esclave: Résistance, Liberté, Héritage s'est tenue à Port Louis, du 27 au 29 novembre 2017.

Trois Ministres ont assisté à la cérémonie d’ouverture qui, pour sa part, a été organisée et parrainée par le Ministère des Arts et de la Culture de Maurice. La couverture médiatique de l’événement a été assurée par la radio et la télévision nationales ainsi que par la presse. La Directrice du Bureau régional de Nairobi, Mme. Ann Thérèse, a prononcé le discours d'ouverture au nom de l'UNESCO et a participé aux discussions du Comité.

Au cours de la réunion, les nouveaux membres du Comité Scientifique International (CSI) ont été présentés. La composition du CSI a été renouvelé par moitié et compte parmi ses nouveaux membres des chercheurs éminents tels que Ana Lucia Araujo (Brésil), historienne et professeure d'histoire à l'Université Howard, Abubakar Babajo Sani (Nigéria), historien et vice-chancelier adjoint de l'Université Umaru Musa Yar'adua à Katsina, Gerardo Maloney (Panama), sociologue et fondateur de la « Revue sociologique du Panama », Aurelia Martin Casares (Espagne), professeure d’anthropologie historique à l'Université de Grenade, Chapurukha Kusimba (Kenya), professeur à l'Université Américaine aux Etats-Unis, Abdi Kusow (Somalie), professeur agrégé de sociologie et d'études afro-américaines à l'Université d'État de l'Iowa et Sonjah Stanley Niaah (Jamaïque), maître de conférences à l'Université des Indes occidentales à Mona, et directeur de l'Unité d'études sur le reggae de l'Institut Caribéen d’études.

Au cours de la réunion, les membres du CSI ont réfléchi sur les activités mises en place par le projet. Ils ont échangé idées et suggestions sur l’élargissement des réseaux de partenariats et la mobilisation de fonds pour le projet afin de mieux contribuer à la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine (2015-2024).

Les membres du CSI ont également débattu des formes d'esclavage qui existent encore aujourd'hui, telles que l'esclavage moderne et l'exploitation. En réponse aux événements alarmants en Libye et aux pratiques d'asservissement des migrants africains, le Comité a décidé de transmettre une déclaration à la Directrice générale de l'UNESCO. Il a également souligné le rôle social et pédagogique des musées en tant que vecteurs de dialogue interculturel et de la lutte contre le racisme, la discrimination et l'oubli dans les sociétés contemporaines.

Le 28 novembre, un événement spécial a été organisé au Morne Brobant, site du Patrimoine mondial, en collaboration avec le ministère des Arts et de la Culture, le Morne Heritage Trust Fund et le Conseil du village du Morne. L'objectif de l'événement était de lancer "Héritages de l’esclavage", un guide développé par l'UNESCO pour renforcer la capacité des gestionnaires de sites de mémoire liés à l'esclavage. La trasnmission en direct de l'événement a été assuré par la télévision nationale mauricienne qui a permis aux partenaires de l'UNESCO à travers le monde de suivre la cérémonie. En plus du Ministre des Arts et de la Culture, le Sous-Directeur général a participé à l'événement et a prononcé un discours.

Le Comité scientifique a animé une conférence publique co-organisée par l'UNESCO avec l'Université de Maurice le 29 novembre pour échanger avec des chercheurs, étudiants et journalistes intéressés par les questions de l'esclavage et ses conséquences dans les sociétés modernes.

En plus de la visite au Morne, les membres du Comité se sont rendus à un autre site du Patrimoine mondial mauricien: l'Apravasi Ghat dédié à la mémoire des travailleurs sous contrat.

Retour en haut de la page