30.05.2013 - Secteur des sciences sociales et humaines

« La mondialisation rapide de l'économie et du progrès scientifique soulève de nouveaux défis » - entretien avec M. Ľudovít Molnár, Président de la Commission slovaque pour l'UNESCO

Ľudovít Molnár © All Rights Reserved

A l'occasion de la 8e session ordinaire de la Commission mondiale d'éthique des connaissances scientifiques et des technologies (COMEST), organisée à Bratislava, en Slovaquie, du 27 au 29 mai 2013, M. Ľudovít Molnár, Président de la Commission slovaque pour l'UNESCO, offre son point de vue sur les questions éthiques allant du changement climatique à la science pour le développement durable. La Commission slovaque pour l'UNESCO est co-organisateur avec l'UNESCO de la conférence de suivi de la 8e session de la COMEST (Bratislava, Slovaquie, 30-31 mai 2013).

UNESCO : C'est pour la première fois que la séance ordinaire de la Commission mondiale d'éthique des connaissances scientifiques et des technologies (COMEST) se tient dans un pays de l'Europe centrale. Pourquoi la Commission slovaque pour l'UNESCO a invité la Directrice générale à convoquer la réunion statutaire de cette année de la COMEST à Bratislava?

Slovaquie grâce à la  participation de Mme Marta Kollárova, Présidente du Comité national slovaque pour la bioéthique, est membre de la COMEST. Les principaux sujets abordés par la COMEST sont d'une grande importance aussi pour notre pays.

La Slovaquie a connu dans son histoire récente un changement social rapide et radical, de la "révolution de velours en 1989" vers la création d'un Etat indépendant en 1993 qui a été suivie par l’établissement des institutions démocratiques et de l'économie de marché, jusqu’à que la Slovaquie est devenue un membre à part entière de l'Union européenne et du monde globalisé.

Slovaquie en tant qu'Etat indépendant a seulement 20 ans. Néanmoins les gens qui vivent sur son territoire ont une tradition singulièrement longue liée à la science et à la technologie et savent apprécier  leur influence positive sur le développement économique et social de la société. La science et la technologie dépendent  de l’éducation. C'est sur le territoire de la Slovaquie où les universités techniques ont leurs racines et où l'un des premiers établissements de l’enseignement technique universitaire a été créé. En effet, en 1762, l’impératrice Maria Teresa établi en Slovaquie une des première grande universités techniques dans le monde qui s’appelait l'Académie des Mines de Banská Štiavnica. Donc cette année académique, nous célébrons plus de 350 ans de l'enseignement technique supérieur. L'Académie des Mines avec ses résultats éducatifs et scientifiques a considérablement contribué au développement économique et social de la région de Banská Štiavnica. Par conséquent, nous avons une bonne connaissance et l’expérience pratique non seulement de l'enseignement technique au niveau universitaire dans lequel la science et la technologie jouent un rôle important, mais également de l'utilisation de la science et de la technologie dans le développement économique et social de la société. Beaucoup plus, nous savons très bien que l'avantage de la science et de la technologie dépend fortement de la connaissance de ces personnes qui les utilisent.

Les transformations radicales en Slovaquie en 1989 et 1993 ont influencé de manière substantielle tous les domaines du développement scientifique et technologique, y compris la recherche scientifique et le statut des travailleurs scientifiques, la formation professionnelle des scientifiques et de l'enseignement scientifique à différents niveaux, l'application des progrès scientifiques en l'industrie et le développement humain durable pour les générations présentes et futures. Slovaquie bénéficie d'un corpus bien développé et très professionnel des chercheurs scientifiques qui représentent une groupe dynamique de notre société. Les scientifiques prennent une part active dans le débat public des questions scientifiques qui ont de fortes implications éthiques. La société civile en Slovaquie est considérée comme l'une des plus actives en Europe centrale et orientale, elle participe activement à la discussion sur des sujets tels que l'utilisation d'innovations technologiques controversées dans l'agriculture qui pourraient être préjudiciables à la santé et à la nature humaine, l'impact de nouvelles technologies de l'information et des communications sur la construction d'une société démocratique et ouverte, fondée sur le plein respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, notamment la liberté d'opinion et d'expression, le libre accès à l'information et la connaissance.

La Slovaquie est également préoccupée par les questions du changement climatique qui ont une incidence sur la riche diversité naturelle de notre pays qui a été reconnu par l'UNESCO qui a inscrit les zones naturelles slovaques des Carpates, Forêts primaires de hêtres, dans la Liste du patrimoine mondial. Par conséquent, la Commission nationale slovaque est heureuse d'accueillir la 8e session ordinaire de la COMEST qui devrait finaliser son travail des plusieurs années sur les questions portant sur la nécessité d'établir un cadre de principes et responsabilités éthiques pour les politiques en matière du changement climatique afin de trouver réponse mondiale efficace aux effets négatifs du changement climatique, ainsi que sur les questions de la relation entre la science et la société à la lumière des défis mondiaux modernes.

Le lendemain de la clôture de la 8e session de la COMEST, la Commission slovaque de l'UNESCO en collaboration avec l'UNESCO organise également une conférence internationale de deux jours sur le thème "Nouveaux enjeux éthiques de la science et de la technologie», avec la participation des membres de la COMEST et d'autres experts internationaux et des représentants de l'ONUDI, qui discutera la contribution de la science au développement durable en veillant à la pleine application du droit humain à l'eau potable grâce à l'utilisation des nanotechnologies dans la gestion de l'eau, ainsi que le droit à bénéficier du progrès scientifique et de ses applications.

COMEST est invitée à contribuer au processus continu de consultation en ce qui concerne l'opportunité de réviser et mettre à jour la Recommandation de 1974 concernant la condition des chercheurs scientifiques. La Slovaquie dans sa soumission nationale à l'UNESCO au sujet de cette Recommandation, a souligné la pertinence de la Recommandation de 1974 et, en même temps, a soutenu l'idée de sa révision. Pourquoi la révision est nécessaire et est-ce le bon moment pour l'UNESCO d'être impliquée dans ce processus?

Nous soutenons pleinement les recommandations formulées par la COMEST à l'égard de la Recommandation de 1974 concernant la condition des chercheurs scientifiques. La recommandation traite deux types questions: les questions liées à l'éthique de la science et de la technologie et celles liées à l'organisation des institutions scientifiques et aux politiques scientifiques compréhensives. Les grands principes éthiques de la Recommandation de 1974 tels que la non-discrimination, l'intégrité, la liberté et l'autonomie des chercheurs scientifiques, et le respect de leurs droits de l'homme et des libertés fondamentales, sont encore très pertinents aujourd'hui.

Cependant, aujourd'hui, le contexte géopolitique, social et culturel dans lequel la science est exercée est très différent de celui de 1974. La mondialisation de l'économie et du progrès scientifique rapide soulèvent de nouveaux défis et mènent à la privatisation et à la commercialisation de la recherche scientifique, en mettant scientifiques sous des pressions accrues qui n'étaient pas prévues dans la Recommandation de 1974 et qui peut conduire à l'inconduite scientifique et de fraude.

Donc le moment de mettre à jour et de réviser le texte de la Recommandation de 1974 est venu. En même temps, il est beaucoup plus facile d'atteindre à un accord universel sur un texte révisé que de préparer un texte complètement nouveau. Je suis également convaincu que les principes éthiques de la science proclamés dans la Recommandation de 1974 dans afin d’être respectés devrait avoir un mécanisme de suivi.

Cela permettra à l'UNESCO de surveiller l'état de la réalisation du droit à bénéficier du progrès scientifique et de ses applications dans les États membres qui, à son tour, contribuera à développer la coopération scientifique internationale entre pays développés et en développement dans l'intérêt du développement durable. Ainsi, la révision de la Recommandation de 1974 correspond à la lettre "S" dans le titre de l'UNESCO. La Slovaquie est heureuse d'être associée à ce travail.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page