14.02.2013 -

Lancement d'un nouveau mécanisme de coordination régionale de l’EPT en Afrique Sub-Saharienne

©UNESCO/Ismael Tine

La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a lancé une nouvelle structure de coordination régionale de l’Education pour Tous en Afrique Sub-saharienne le 14 février 2013.

Le nouveau mécanisme a été lancé lors de sa visite officielle au Sénégal et en présence des représentants des agences des Nations Unies et des partenaires techniques et financiers majeurs y compris les ONG, la société civile et le secteur privé.

La principale fonction de la nouvelle structure est de coordonner et accelerer les actions et les réponses au niveau du continent africain en faveur des six objectifs de l’éducation pour tous, fixés lors du Forum Mondial sur l'Education qui s’est tenu en avril 2000 à Dakar, Sénégal.

« L’appel que je vous lance aujourd’hui est que ce partenariat devienne de plus en plus fort et qu’ensemble, nous soutenions les efforts en cours pour accélérer les progrès en vue de l’atteinte de l’EPT d’ici 2015 ainsi que d’autres objectifs de l’éducation post‐ 2015. Dans ce sens, j’appelle tous les partenaires techniques et financiers à soutenir cette entreprise avec un regain d’énergie », a déclaré la Directrice générale de l'UNESCO.

Elle ajoute que dans un contexte où les ressources sont limitées, les partenariats et actions conjointes, complétés d’une coordination efficace sont des impératifs pour obtenir des résultats fructueux.

Besoin de stratégiques d’accélération

« Malgré les avancées significatives réalisées au niveau global dans le domaine de l’EPT, 31 pays africains risquent de ne pas atteindre les objectifs de l’EPT d’ici 2015 », indique Ann Therese Ndong-Jatta, Directrice du Bureau régional de l’UNESCO à Dakar. « Mais 12 pays pourraient encore y parvenir si des actions stratégiques d’accélération sont prises à cet égard ».

Cette structure a été proposée par les Etats membres africains et les partenaires de l’EPT lors de la 1ère réunion de coordination EPT en Afrique sub-saharienne, qui s’est déroulée du 16 au 19 octobre 2012 à Johannesburg (Afrique de Sud).

Une structure révisée

Le nouveau dispositif de coordination est à deux niveaux et s’aligne sur les structures intergouvernementales existantes, la Conférence des Ministres de l’Education de l’Union Africaine (COMEDAF) au niveau continental/régional et les Communautés Economiques Régionales (CER) au niveau sous-régional.

L’UNESCO assure la co-présidence de ce comité de coordination régionale avec la Commission de l’Union Africaine et en assure également le Secrétariat.

Au niveau sous-régional, le mécanisme de coordination de l’EPT sera dirigé par les Bureaux Hors Siège de l’UNESCO, collaborant entre autre avec les secrétariats de quatre Communautés Economiques Régionales (CAE, CEEAC, CEDEAO et SADC).

Miser sur les partenariats

La nouvelle structure de coordination est le fruit d’un partenariat renforcé qui inclut l’Union Africaine, les Communautés Economiques Régionales, les Agences des Nations Unies, des organisations intergouvernementales, ainsi que des représentants de la société civile et du secteur privé. Le comité exécutif sera composé de l’UNESCO, UNICEF, ADEA, ANCEFA, FAWE, Save the Children et CONFEMEN.

Les partenariats fructueux

Le lancement a également permis de mettre en valeur une série de partenariats fructueux au Sénégal, à savoir le projet d'alphabétisation des filles et des femmes au Sénégal (PAJEF) et deux projets financés par le Fonds pour la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement, l'un sur la culture et le développement et l'autre sur la nutrition, la santé et l'éducation.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page