La Charte africaine de la Jeunesse

La Charte africaine de la jeunesse a été approuvée le 2 juillet 2006 par une réunion des chefs d’Etats et gouvernements de l’Union africaine à Banjul, Gambie. Elle est entrée en vigueur le 8 août 2009.

La Charte est un document politique et juridique qui sert de cadre stratégique pour les Etats africains, leur donnant la direction à prendre pour la responsabilisation et le développement de la jeunesse aux niveaux continental, régional et national. La CAJ a pour but de consolider, renforcer et réaffirmer les efforts pour responsabiliser les jeunes au travers d’une participation significative de la jeunesse et d’un partenariat équitable dans la conduite du programme de développement de l’Afrique.

La Charte de la jeunesse est un document juridique qui soutient les politiques, programmes et actions pour le développement de la jeunesse en Afrique.

Elle se réfère aux droits, libertés et obligations de la jeunesse en Afrique.

Le Plan de la Décennie pour la jeunesse (2009-2018) est une feuille de route pour la vulgarisation, ratification et mise en œuvre de la CAJ.

La politique se concentre sur la participation de la jeunesse dans la société et en politique, le rôle de la jeunesse dans le développement, l’engagement des jeunes en matière d’éducation, de santé, d’emploi, d’éradication de la pauvreté, d’environnement, de paix et de sécurité, de la loi et de la culture. La Charte s’adresse aussi à des groupes spécifiques de jeunes dont les jeunes femmes et filles, et les jeunes handicapés.

Pour que la Charte prenne effet, les Etats membres africains doivent la ratifier et traduire ses dispositions dans les lois nationales. Jusqu’à présent, 32 des 53 Etats membres africains ont ratifié la Charte et 40 l’ont signée. Un des objectifs de la Stratégie de l’UNESCO sur la jeunesse africaine est de faire équipe avec la Commission de l’Union africaine afin de promouvoir la ratification et la mise en place de la charte sur tout le continent africain.

Retour en haut de la page