05.03.2013 - Secteur de la communication et de l'information

Pour une Charte africaine de la jeunesse connue de tous !

© UNESCO - Participants à l’atelier

Ce mercredi 27 février 2013, le Siège de l’UNESCO à Paris a été le lieu d’un rassemblement déterminant en vue d’une meilleure appropriation par les jeunes de la Charte africaine de la jeunesse. Dans le cadre de la réunion d’examen du Sommet mondial sur la société de l’information, le Secteur des sciences sociales et humaines de l’UNESCO s’est associé avec le Collectif O.S.E.R. l’Afrique. Cette collaboration a donné le jour à un atelier - « La Charte africaine de la jeunesse : mobilisation des jeunes femmes et hommes », autour duquel différents intervenants, membres d’associations de jeunes africains, ont pu débattre et échanger leurs idées en discutant de la Charte et de son intérêt auprès des jeunes.

L’entière autonomie dans l’organisation de cet évènement ayant été laissée, par choix, à un panel de jeunes issus de la diaspora, Jonathan Nyemb, co-auteur du Carnet pour l’Afrique et membre du collectif O.S.E.R. l’Afrique, accompagné de Laetitia Sagno, membre du Haut panel de l’UNESCO sur la paix et le dialogue entre les cultures, ont présidé cette séance – séance qui n’aurait pu avoir lieu sans la participation de Babette Kizonzolo, Présidente du collectif O.S.E.R. l’Afrique ; Précieux Massoueme, Président de l’association des jeunes de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) ;  Alexandra Ondoua, chargée de communication du magazine Inspire Afrika ; Linda Kouvouama, Président de l’Association Young Leaders for African Development (YLAD), et bien d’autres.

A cette occasion, ont pu être présentées les premières vidéos réalisées – et bientôt en ligne – illustrant les articles de la présente Charte. Ce travail, fruit d’un investissement mutuel entre la Commission de l’Union Africaine et l’UNESCO s’inscrit dans ce même processus qui vise à faire connaître la Charte et à la diffuser. L’Afrique est aujourd’hui en plein essor mais rappelons qu’un certain nombre de jeunes n’ont pas eu la chance d’aller à l’école et de pouvoir apprendre à lire et à écrire. Ces spots offriront à tous ces jeunes – âgés de 15 à 35 ans, hommes et femmes, issus de divers milieux sociaux et culturels, un regard sur leurs droits mais aussi sur leurs devoirs.

Plus généralement, cette Charte doit leur apparaître comme un cadre central leur permettant de guider les actions en matière de jeunesse en Afrique. Cette campagne est un appel lancé aux  jeunes femmes et aux jeunes hommes en vue d’œuvrer pour la ratification et la mise en application de la Charte dans leur pays et dans leurs communautés. Précisons qu’ils pourront également faire entendre leur voix en acceptant ou non de s’engager dans cette lutte – via un « click » sur une page web dédiée. L’objectif étant d’obtenir un maximum de signatures. 

Au cours de ce débat, chacun des articles et thèmes de la Charte ont pu être abordés par les différents intervenants. Tous ont reconnu qu’il s’agit d’un outil important qui permet aux jeunes de prendre conscience des enjeux qui les attendent, notamment en ce qui concerne le développement de l’Afrique, l'amélioration des conditions d'éducation, et des conditions de la vie des femmes et leur place dans la vie publique. Les participants se sont également engagés à promouvoir la Charte auprès de leurs gouvernements respectifs.

Cette Charte permet aux jeunes de garder espoir sur leur avenir. En la faisant connaître au plus grand nombre, elle permettra d’influencer les dirigeants pour qu'ils s'occupent de cette jeunesse, fer de lance d'une nouvelle Afrique.




<- retour vers Jeunesse
Retour en haut de la page