19.03.2014 - ODG

La Directrice générale de l’UNESCO participe à une émission de radio avec la jeunesse syrienne et jordanienne

© UNESCO/Abed Arslan - Director-General Irina Bokova, on the Airwaves with Syrian and Jordanian Youth. March 2014

18 mars – La Directrice générale Irina Bokova a lancé « l’heure syrienne », une émission bihebdomadaire animée par de jeunes jordaniens sur la radio Farah al Nas, basée à Amman. Ce programme fournit des informations essentielles aux réfugiés syriens et leur donne une tribune pour exprimer leurs points de vue.

Dans une interview donnée en direct, la Directrice générale a insisté auprès des jeunes auditeurs sur le rôle essentiel que joue la jeunesse pour diminuer l’impact humain de la crise syrienne sur les réfugiés et les communautés d’accueil.

Le projet de radio, soutenu par l’UNESCO et les fonds en dépôt du gouvernement du Japon, forme de jeunes reporters jordaniens aux techniques de radiodiffusion pour réaliser des reportages sur la population syrienne réfugiée et les communautés d’accueil jordaniennes.*** «La radio est le média le plus puissant qui existe pour faire passer des messages et atteindre les jeunes qui portent le fardeau de cette crise », a déclaré Irina Bokova.

« Le programme fournit une plate-forme bien nécessaire pour le dialogue entre les réfugiés syriens en Jordanie et la jeunesse jordanienne sur les questions d'intérêt commun, en favorisant l'accès à l'information, la liberté d'expression et en servant d’outil pour la compréhension mutuelle et l'inclusion sociale. »

Ce programme marque une nouvelle étape dans un projet qui a commencé en Novembre 2012, qui cible les réfugiés syriens dans les communautés d'accueil à Irbid Mafraq, Zarqa et dans le gouvernorat d’Amman, qui accueillent ensemble plus de 80% de la population réfugiée syrienne en Jordanie.

De la santé, l'éducation et le travail aux questions juridiques, le programme fournit toutes les informations de base nécessaires aux réfugiés syriens et contribue à les sensibiliser sur leurs droits. En leur donnant une voix, il contribue également à réduire leur sentiment d'isolement.

« Ce programme donne aux jeunes réfugiés une plate-forme pour s’exprimer et pour dialoguer avec la jeunesse jordanienne. Nous voulons tous les soutenir psychologiquement, parce qu’ils vivent un moment difficile. Nous essayons de faire entendre leurs voix, d’écouter ce qu’ils disent » a déclaré l’un des jeunes jordaniens formés dans le cadre de ce projet.

La radio Farah al – Nas, « joie du peuple » - a été nommé d’après la fille de SAR la Princesse Basma Bint Talal. Farah Al- Daghistani est directrice exécutive du JOHUD, le Fonds hachémite jordanien pour le développement humain, qui comprend 50 centres de développement communautaire à travers le Royaume. Il fut l'un des premiers organismes à soutenir les réfugiés syriens en Jordanie avec des compétences liées à la vie quotidienne, un enseignement de rattrapage et un soutien psycho- social.

" Les conditions de vie des communautés jordaniennes et syriennes sont si intimement liées que nous voulons favoriser l’entente d'une manière saine ", a déclaré Mme Al- Daghistani, en accueillant la Directrice générale au centre de ressources pour la jeunesse Basma, où la radio est basée.

Deux radios préexistantes sont engagées dans ce projet avec le soutien de la Suède et de FNUAP. L’UNESCO a mobilisé des fonds pour l’extension de ce projet pour une période de un an, conduisant au lancement du programme radio à Amman pendant la visite de la Directrice générale, centrée sur la réponde à la crise syrienne en Jordanie et dans la région.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page