Confessions à hauts risques

Les femmes osant révéler leur séropositivité encourent de graves risques en Afrique du Sud. Ainsi, en décembre 1998, l’activiste sud-africaine de la lutte contre le sida Gugu Dlamini a été frappée, battue et lapidée à mort à KwaMashu, une commune de sa province natale KwaZulu, après avoir divulgué son statut séropositif. En août 2000, l’époux de Mpho Motloung, une jeune enseignante de Soweto, a tiré une balle dans la tête de sa femme avant de retourner l’arme contre sa mère et son père, puis contre lui. Un mot a été retrouvé sur le corps de Mpho, où il était écrit : « Séropositive-sida ». – L.N.

Retour en haut de la page