Contexte

Un certain nombre d’événements historiques ont ouvert la voie à la Décennie pour l’EDD.

En 1972, la Conférence des Nations Unies sur l’environnement humain (Stockholm) a souligné que l’éducation est l’un des moyens permettant de résoudre les problèmes d’environnement humain.

Le Rapport Brundtland, « Notre avenir à tous » (1987), a défini le développement durable comme un « développement qui répond aux besoins du présent, sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ».  Ces premiers débats ont déjà abordé la question du rôle que doit jouer l’éducation pour relever les défis sociaux, économiques, culturels et environnementaux de la planète.

La Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement – également dénommée Sommet de la Terre – qui s’est tenue à Rio de Janeiro en 1992, a pris acte du rôle que doit jouer l’éducation pour atteindre l’objectif du développement durable au Chapitre 36 du programme Action 21. Depuis, tous les documents et conférences majeurs des Nations Unies ont confirmé l’importance de l’éducation dans la réalisation du développement durable, notamment les Conventions de Rio sur le changement climatique, la biodiversité et la désertification.

La Décennie des Nations Unies pour l’éducation au service du développement durable (DEDD)

S’appuyant sur la recommandation du Sommet mondial sur le développement durable (Johannesburg, 2002), l’Assemblée générale des Nations Unies a décidé de consacrer une Décennie des Nations Unies à l’EDD (2005-2014) en décembre 2002. Elle a demandé à l’UNESCO de coordonner les efforts mondiaux visant à rendre l’éducation plus apte à relever les défis présents et à venir du développement durable.

À mi-chemin de la Décennie, l’UNESCO et le ministère fédéral allemand de l’éducation et de la recherche, en coopération avec la Commission allemande pour l’UNESCO, ont organisé la première Conférence mondiale de l’UNESCO sur l’éducation au développement durable en 2009,  à Bonn (Allemagne). La conférence a fait le bilan des réalisations des premières années et a donné une nouvelle impulsion à la seconde moitié de la Décennie.

Trois questions clés

S’appuyant sur le document final de la Conférence mondiale de 2009, la Déclaration de Bonn, et une stratégie récemment élaborée pour la seconde moitié de la Décennie, l’UNESCO s’est plus particulièrement intéressée à trois questions clés du développement durable – le changement climatique, la biodiversité et la réduction des risques de catastrophes qu’il faut aborder par le biais de l’éducation.

Publiés par l’UNESCO en 2009 et en 2012, les rapports d’évaluation de la Décennie pour l’EDD ont démontré que l’EDD est de plus en plus présente dans les politiques d’éducation nationales et internationales. Les pédagogies de l’EDD progressent et les professionnels du monde entier exercent un grand nombre d’activités d’EDD de qualité.

L’EDD après la Décennie

Bien que d’énormes progrès aient été réalisés, il reste encore beaucoup à faire. À la fin de la Décennie pour l’EDD, le potentiel dont dispose l’EDD pour façonner un avenir durable demeure considérable. Dans un monde confronté à des problèmes de développement durable de plus en plus complexes, il est particulièrement important de tirer parti de la promesse que représente l’EDD.

L’aventure de l’EDD se poursuivra après 2014. Lors de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable, les pays ont reconnu l’importance de l’EDD dans le document final et ont pris l’engagement de la renforcer d’ici à la fin de la Décennie.

Par conséquent, la Conférence mondiale de 2014 sur l’EDD ne marquera pas uniquement la fin de la Décennie pour l’EDD ; elle constituera également une date historique qui donnera un certain nombre d’orientations pour les années à venir.

Retour en haut de la page