Programme post 2015 et soft power

Je crois que la durabilité du nouveau programme pour le développement humain dépend de la place qu’il accorde aux droits humains et à la dignité humaine. En cet âge des limites où nous sommes entrés – limites des ressources, limites de notre planète – nous devons plus que jamais investir dans notre ressource renouvelable par excellence : l’intelligence, l’ingéniosité et la créativité humaines. Le programme de développement pour l’après-2015 doit tirer le meilleur parti de l’éducation, des sciences, de la culture, de la communication et de l’information.

L’UNESCO est le principal acteur de cette force douce ou « soft power », engagé pour promouvoir l’échange de connaissances et élaborer des politiques novatrices capables de mobiliser le pouvoir de l’éducation, des sciences, de la culture, de la communication et de l’information comme biens publics mondiaux.

L’UNESCO s’efforce d’accompagner les États dans l’élaboration d’un programme ambitieux et universel pour l’après-2015, en vue de bâtir les sociétés du savoir inclusives dont nous avons besoin pour le prochain siècle.

Retour en haut de la page