10.03.2011 -

40 ans de lutte contre le trafic illicite de biens culturels

Sur le plan économique, le trafic des biens culturels se classe parmi les plus importants au monde, avec les trafics illicites d’armes et de drogues, selon l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol). Certaines sources estiment qu’il représente un montant annuel de 6 milliards de dollars, même si ce chiffre est difficile à vérifier compte tenu de la nature illicite de cette activité.

Le pillage de sites archéologiques, le trafic illicite d’œuvres religieuses, l’accroissement sans précédent du marché de l’art dans le monde, la criminalité liée à la circulation des biens culturels et au financement d’activités terroristes préoccupent fortement la communauté internationale. Ainsi, plusieurs pays africains ont perdu plus de la moitié de leur patrimoine, aujourd’hui dispersés dans des collections publiques et privées extérieures au continent. Autre exemple : depuis 1975, des centaines de statues de Bouddha du temple d’Angkor, au Cambodge, ont été arrachées, mutilées ou décapitées. L’UNESCO estime que ce type de vandalisme intervient au moins une fois par jour.

Pour répondre à ces problèmes et pour sensibiliser les gouvernements, la société civile, le marché de l’art et le grand public, l’UNESCO a adopté il y a quarante ans la Convention concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels. Ratifiée à ce jour par 120 États, elle constitue la première reconnaissance internationale du fait qu’un bien culturel n’est pas une marchandise comme les autres.

Pour célébrer le quarantième anniversaire de cette Convention, l’UNESCO organise à Paris les 15 et 16 mars un colloque qui analysera les ravages causés par un trafic qui sévit sous toutes les latitudes, évaluera les réponses actuellement proposées et présentera des solutions afin d’améliorer encore la réponse à y apporter au niveau international et des Etats. Aux côtés des Etats membres de l’UNESCO, y participeront des représentants de tous les collectifs impliqués dans la lutte contre le trafic : Interpol, Institut international pour l’unification du droit privé UNIDROIT, Organisation Mondiale des Douanes, Conseil international des musées –ICOM–,  représentants de maisons de ventes aux enchères comme Sotheby’s ou de musées comme celui du quai Branly à Paris ou le Musée national du Mali.

« Le vol, la destruction, le pillage ou la contrebande d’objets culturels portent atteinte à l’identité même des peuples », affirme la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. « La préservation du patrimoine culturel et la lutte contre ces fléaux sont des questions d’intérêt commun qui demandent une éthique collective. C’est pourquoi les actions visant à lutter contre le trafic illicite doivent intervenir à tous les niveaux : national et international, individuel et collectif, gouvernemental et associatif ».

La Convention intervient dans trois directions : elle demande aux États parties d’adopter des mesures préventives au niveau national (législations adaptées, inventaires, campagnes d’information, formations de personnel, etc.) ;  elle comporte des dispositions en matière de restitution selon lesquelles les États s’engagent à prendre des mesures appropriées pour saisir et restituer les biens culturels importés illégalement ; elle offre un cadre de coopération internationale pour mieux combattre le trafic.

Cet instrument juridique pionnier traite pourtant d’un domaine qui évolue très rapidement : au cours des dernières années, la circulation de biens culturels via Internet est devenue un commerce très lucratif et c’est justement sur Internet que les trafics se font le plus sentir. L’UNESCO entend donc profiter de ce quarantième anniversaire pour revenir sur l’histoire de la Convention, pour évaluer ses succès, ses points forts mais aussi ses faiblesses.

Quelques faits :  

                         - En Amérique centrale, les fouilles illégales se traduisent chaque mois par l’extraction d’au moins 1 000 pièces de céramique maya, d’une valeur approximative de 10 millions de dollars.

                         - Durant le conflit en Iraq environ 15 000 pièces du musée national de Bagdad ont été dérobées. Environ 2 000 ont été récupérées aux Etats-Unis, 250 en Suisse et 100 en Italie. Près de 2 000 autres ont été retrouvées en Jordanie et d’autres au Liban. Mais plus de la moitié sont toujours manquantes.

                          - Entre la fouille illégale et la vente finale, la valeur de certaines pièces est multipliée par cent. Une progression supérieure à celle du trafic de drogue.

                          - Certains musées nord-américains ont modifié leurs politiques d’acquisition en fonction de la Convention de 1970. Des musées comme le Metropolitan de New York, le Boston Museum ou la Getty Gallery ont rendu quelque 120 objets aux pays d’où provenaient les pièces, notamment l’Italie, la Grèce et la Turquie.

                          - De 2002 à 2011, l’Egypte a réussi à récupérer quelque 5 000 objets de provenance illicite. Pourtant, lors des récents événements, plusieurs sites de grande importance ont été vandalisés, notamment des tombes à Saqqara et Abusir. Au moins 9 pièces du Musée national du Caire ont été dérobées.  

Participeront notamment au colloque : la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova ; le Directeur de l’Unité Crime spécialisé et Analyse d’Interpol, Bernd Rossbach ; l’expert en égyptologie, Zahi Hawass ; le Président du musée du quai Branly, Stéphane Martin ; le Secrétaire général d’UNIDROIT, Jose Angelo Estrella Faria ; le Secrétaire général de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore menacées d’extinction (CITES), John Scanlon ; l’Ambassadrice du Pérou auprès de l’UNESCO et ancienne directrice de l’Instituto Nacional de Cultura del Perú, Cecilia Bákula ; la Directrice générale des Antiquités et du Patrimoine culturel du ministère grec de la Culture et du Tourisme, Maria Andreadaki-Vlazaki et d’éminents spécialistes tels que, notamment, le professeur Lyndel V. Prott (Australie), le procureur Paolo Ferri (Italie) et le Dr Ridha Fraoua (Suisse).

                                                        ****  

 

             Une conférence de presse se tiendra le 15 mars à 12h15.

            Les journalistes souhaitant y participer doivent s’accréditer.

                                                       Contact

     Isabelle le Fournis, tél.  + 33 (0)1 45 68 17 48 / i.le-fournis@unesco.org




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page