03.07.2014 - UNESCOPRESS

La Directrice générale de l’UNESCO : «accélérer la réforme pour une meilleure exécution du programme »

Aujourd’hui lors de la réunion d’information avec les membres du Conseil exécutif, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a réaffirmé sa forte détermination à poursuivre la réforme de l’UNESCO.

« Je suis déterminée à poursuivre la réforme, par tous les moyens et à tous les niveaux, à fin de renforcer l’impact de cette organisation »

Ces deux dernières années ont vu défiler plusieurs initiatives de réformes administratives reposant principalement sur des mesures économiquement rentables et des gains d’efficacité dans l’administration. L’organisation a été passée en revue et restructurée pour ainsi coïncider avec les priorités posées par les États membres. De la sorte, un exercice de redéploiement complet et profond du personnel de l’organisation a été entamé à tous les niveaux, il prendra fin le 31 août 2014. En effet, 113 membres du personnel, dont 91 au Siège et 22 hors Siège, ont vu leurs postes supprimés et passés en revue par le Groupe sur le redéploiement. Aussi, 5 postes de directeur déjà occupés ont fait l’objet de cette suppression. Ainsi, le nombre des postes supprimés, vacants et occupés confondus, a atteint depuis janvier 2012 un total de 472, 153 qui ont été redéfinis et rétablis.

Mettant en évidence les différentes étapes restantes de cette réforme, la Directrice générale a déclaré : «la prochaine étape doit être consacrée au renforcement de la mise en œuvre de ce programme  et au contrôle des capacités ». C’est alors qu’elle a présenté un plan d’action bâti sur 3 éléments essentiels, à savoir, renforcer le système de surveillance et les mécanismes d’évaluation du programme, afin d’améliorer la qualité d’exécution, passer de la phase de surveillance à celle de la responsabilité en déléguant le pouvoir aux directeurs des bureaux hors Siège, et enfin, terminer la réforme des bureaux exécutifs et des unités administratives.

En allant de l’avant, la Directrice générale a exprimé le besoin de sortir de ce mode de crise, «nous devons mettre toute notre énergie pour accomplir ce programme, mieux répondre aux besoins des États membres, innover et frayer de nouvelles voies en matière d’éducation, sciences,  culture et communication et information ».

Dans cette perspective, Irina Bokova a rassuré les États membres en leur promettant gains d’efficacité et une meilleure exécution avec des moyens plus adéquats, « Dans le même temps, nous devons offrir à notre organisation tous les moyens dont elle a besoin pour mettre en œuvre son programme, répondre aux besoins des États membres, se forger une place centrale dans l’agenda de l’après 2015, et explorer de nouveaux horizons en termes d’éducation, sciences,  culture et communication et information » a-t-elle déclaré.

Dans son commentaire concernant le budget pour le prochain exercice biennal, la Directrice générale a appelé les États membres à regarder au-delà du budget à croissance nominale zéro qu’ont connu les six dernières années, «J’appelle tous les États membres à élaborer un cadre de travail permettant de renforcer l’action et le service de l’UNESCO » a-t-elle souligné.

Cette réunion d’information a également été l’occasion de se pencher sur les contributions de l’UNESCO à l’agenda de l’après 2015, la réforme des Nations Unies, l’action de l’UNESCO concernant les priorités mondiales et d’autres domaines principaux.

Dans le cadre préparatif de la célébration du 70e anniversaire de l’UNESCO, la Directrice générale a rappelé que l’organisation a besoin d’une collaboration plus étroite avec les États membres et tous ses partenaires « afin de réaffirmer les valeurs et le rôle de l’UNESCO, qui n’ont jamais été aussi pertinents, ainsi nous devons veiller à relever les défis d’aujourd’hui. » 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page