26.06.2012 - UNESCOPRESS

Le Comité retire de la Liste du patrimoine mondial en péril des sites présentant une meilleure conservation au Pakistan et aux Philippines

© Feng JingRizières en terrasses des cordillères des Philippines

Le Comité du patrimoine mondial a reconnu mardi les succès enregistrés par deux pays, le Pakistan et les Philippines, dans l’amélioration de la conservation des sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril : Fort et jardins de Shalimar à Lahore (Pakistan) et les Rizières en terrasses des cordillères des Philippines.

Des mesures appropriées ont été prises pour lever la menace qui pesait sur les magnifiques palais, mosquées et jardins de Lahore, d’après le Comité du patrimoine mondial qui avait inscrit ce témoignage exceptionnel de la civilisation moghole sur la Liste du patrimoine mondial en 1981. Des problèmes liés notamment au développement urbain ont valu l’inscription de ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 2000, à la demande du gouvernement pakistanais.

            Les Rizières en terrasses des cordillères des Philippines ont été inscrites sur la Liste du patrimoine mondial en 1995 comme un paysage culturel exceptionnel ayant évolué sur deux millénaires. Le site avait été placé sur la Liste du patrimoine en péril en 2001 en raison des menaces pesant sur son existence et qui exigeaient le développement d’une meilleure gestion et d’une meilleure planification. Les Philippines avaient demandé l’inscription du site sur la Liste en péril afin d’obtenir le soutien et la coopération de la communauté internationale dans la préservation de ces rizières d’altitude, conservées grâce à la transmission d’un savoir traditionnel de génération en génération.

Au cours de cette session du matin, le Comité a observé une minute de silence en mémoire des six gardiens qui auraient été tués par des rebelles Simba dans la Réserve de faune à okapis (République démocratique du Congo) le 24 juin. La réserve de faune a été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial en 1996 et sur la Liste en danger en 1997.

La Liste du patrimoine mondial en danger vise à informer la communauté internationale des menaces pesant sur la valeur exceptionnelle universelle pour laquelle un bien est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial. Il s’agit aussi d’encourager l’adoption de mesures de réparation.

 

Contacts médias :

Roni Amelan: r.amelan(at)unesco.org - +33(0)6 12 19 74 01

Victoria Kalinin: v.kalinin(at)unesco.org - +33(0)6 31 54 30 36

Suivez le Comité du patrimoine mondial sur:

www.twitter.com/unesco_fr

http://www.facebook.com/UNESCOfr

 

Programme du Comité : http://whc.unesco.org/archive/2012/whc12-36com-3B-fr.pdf

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page