16.05.2013 - UNESCOPRESS

La Directrice générale condamne le meurtre du journaliste somalien Mohamed Ibrahim Rageh

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a dénoncé aujourd’hui le meurtre du journaliste et présentateur de radio et de télévision somalien Mohamed Ibrahim Rageh, abattu à Mogadiscio le 21 avril.

« Je condamne le meurtre de Mohamed Ibrahim Rageh », a déclaré la Directrice générale. « Son nom s’ajoute à la liste trop longue des reporters et professionnels des médias qui ont perdu la vie dans l’exercice de leur profession en Somalie. Ces actes criminels constituent une violation très grave du droit à la liberté d’expression et à la liberté de la presse, piliers de la démocratie, qui sont d’une importance particulière dans un pays qui cherche à se reconstruire après tant d’années de conflit. Aussi est-il essentiel que ce meurtre ne reste pas impuni et que ses auteurs soient traduits en justice. ».  

D’après l’ONG Reporters sans frontières, Mohamed Ibrahim Rageh, présentateur, journaliste et producteur pour Radio Mogadiscio et la Télévision nationale somalienne, deux médias publics. Il a été abattu par deux hommes armés en fin d’après-midi devant son domicile, situé dans le quartier de Ma’ma’anka, dans le district de Dharkenley, à Mogadiscio.

Mohamed Ibrahim Rageh venait de rentrer dans son pays après plusieurs années d’exil au Kenya et en Ouganda. Ancien membre de l’Union nationale des journalistes somaliens (National Union of Somali Journalists - NUSOJ) et animateur de Radio Shabelle, il avait démissionné de ces deux organisations en 2009 à la suite de menaces de mort qu’il avait reçues de membres de la milice islamiste Al-Shabaab.

La mort de Mohamed Ibrahim Rageh porte à trois le nombre de journalistes somaliens dont la mort a fait l’objet d’une condamnation par l’UNESCO en 2013. Une liste complète des journalistes assassinés ayant fait l’objet d’une condamnation par l’UNESCO est disponible en ligne.

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page