30.11.2010 - ODG

La Directrice générale invite les hauts responsables japonais à renforcer leur soutien à l’UNESCO

[Translate to francais:] © UNESCO/Cynthia Guttman - Irina Bokova with Japan’s Minister for Foreign Affairs, Mr Seiji Maehara

© UNESCO/Cynthia Guttman - Irina Bokova and Ms Sadako Ogata, President of the Japan International Cooperation Agency

© UNESCO/Cynthia Guttman - Irina Bokova with Mr Yoshiaki Takaki, Japan’s Minister of Education, Culture, Sports, Science and Technology

Dans le cadre d’une série de rencontres de haut niveau tenues à Tokyo le 25 novembre 2010, la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Irina Bokova, a exhorté le Japon à resserrer sa coopération avec l’Organisation dans les domaines de l’éducation, du patrimoine culturel, de la gestion de l’eau et de la réduction des risques de catastrophe, ainsi que dans d’autres domaines clés.

Affirmant que l’UNESCO était bien placée pour contribuer à la stabilité dans le monde à l’heure de la mondialisation, le Ministre japonais des affaires étrangères, M. Seiji Maehara, s’est félicité des initiatives et efforts de réforme entrepris par la Directrice générale pour consolider l’avantage comparatif de l’Organisation. Au cours d’un dîner traditionnel japonais qu’il a donné à la résidence Iihkra, il a mis en exergue les compétences du Japon en matière de préservation du patrimoine culturel, son savoir-faire dans l’action face aux catastrophes naturelles ainsi que son soutien à l’alphabétisation et à la formation en Afghanistan et, d’une manière plus générale, à l’Éducation pour tous comme pilier des Objectifs du Millénaire pour le développement. « Nous pouvons apporter à l’UNESCO notre savoir-faire », a-t-il déclaré.

Mme Bokova a salué l’engagement de longue date du Japon aux côtés de l’Organisation et a sollicité l’appui de M. Maehara aux efforts de l’UNESCO pour obtenir le plein accès au Fonds pour l'environnement mondial. « Nous avons d’importantes responsabilités et de grandes compétences en matière de systèmes d’alerte aux tsunamis, de réduction des risques d’inondations, de gestion de l’eau et de protection de la biodiversité. Le plein accès à ce Fonds nous permettrait de gérer davantage de projets ». La Directrice générale a également demandé au Japon de soutenir les projets de renforcement des capacités menés par l’UNESCO au Pakistan dans les domaines de la prévision, de la prévention et de la cartographie des risques d’inondations.

Le Commissaire de l'Agence japonaise des affaires culturelles, M. Seiichi Kondo, a évoqué l’importance du 40e anniversaire de la Convention du patrimoine mondial, qui sera célébré au Japon en novembre 2012. Il s’est félicité de l’accent mis sur le rôle du patrimoine culturel dans la progression du développement, déclarant qu’il s’inscrivait dans le droit fil de sa politique visant à promouvoir les industries culturelles comme source de revenus et de fierté nationale. S’agissant de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, la Directrice générale a souligné la nécessité d’une « approche équilibrée », faisant ainsi référence à l’absence de propositions d’inscription émanant de l’Afrique, et a invité le Japon à accroître son soutien en faveur du renforcement des capacités dans cette région.

La Directrice générale a mis en avant l’expérience de l’Organisation dans les situations de post-conflit et de post-catastrophe lors de son entretien avec M. Sadako Ogata, Président de l’Agence japonaise pour la coopération internationale. De Haïti à l’Iraq, en passant par le Pakistan, elle a expliqué comment l’UNESCO s’efforçait de remettre l’éducation sur les rails, de protéger le patrimoine culturel et de développer les capacités scientifiques en matière de gestion de l’eau, de systèmes d’alerte rapide, etc. « Il y a une demande croissante de renforcement des capacités dans les pays en développement, et grâce à notre expertise unique, nous entendons améliorer notre capacité de réaction » a-t-elle déclaré, invitant le Japon à apporter un soutien encore plus grand aux projets de l’UNESCO au Pakistan.

Le Ministre japonais de l’éducation, de la culture, des sports et de la technologie, M. Yoshiaki Takaki, a exprimé un large soutien en faveur de la Décennie des Nations Unies pour l'éducation au service du développement durable et a déclaré que son pays attendait de l’UNESCO qu’elle prenne les rênes de l’organisation de la clôture de cette décennie.

La Directrice générale a également présenté les initiatives et projets de l’UNESCO au Prince héritier Naruhito et à la Princesse Masako lors d’un entretien privé.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page