23.12.2009 -

La Directrice générale condamne l’assassinat du journaliste colombien Harold Humberto Rivas Quevedo

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné aujourd’hui l’assassinat du journaliste colombien Harold Humberto Rivas Quevedo, abattu le 15 décembre, et souhaité qu’une enquête soit menée sur ce crime.

« Je condamne l’assassinat d’Harold Humberto Rivas Quevedo », a déclaré la Directrice générale. « Il est essentiel qu’une véritable enquête soit menée sur ce crime qui porte atteinte à la démocratie et à l’Etat de droit en Colombie. Si les autorités ne punissent pas ceux qui ont recours à la violence pour faire taire les médias, la peur et l’autocensure risquent d’empêcher les journalistes de dire la vérité sur ce qu’ils découvrent dans leurs reportages ».

Harold Humberto Rivas Quevedo, âgé de 49 ans, animait un programme politique intitulé Comuna Libre sur la télévision locale CNC Buga. Il commentait aussi le sport pour la radio locale Voces de Occidente. Il a été abattu par un inconnu alors qu’il se trouvait dans une entreprise de pompes funèbres de la Valle del Cauca.

L’UNESCO est le seul organisme des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples. » À ces fins, elle doit « favorise[r] la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image. »




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page