14.09.2013 -

La Directrice Générale en Haïti, 3 ans après

© UNESCO/FW Russell-Rivoallan, 2010La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, visite les ruines de l’Université de Quisqueya à Port-au-Prince, Haïti

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, se rend en Haïti du 16 au 18 septembre 2013, afin de mesurer les progrès accomplis dans la coopération entre Haïti et l’UNESCO, 3 ans et demi après sa visite de mars 2010, au lendemain du séisme du 12 janvier. La Directrice générale sera accompagnée de la très honorable Michaëlle Jean, envoyée spéciale de l’UNESCO pour Haïti. Au cours de sa visite, Irina Bokova doit s’entretenir avec le Président de la République M. Michel Martelly avec qui elle visitera le parc national de La Selle, premier site Haïtien inscrit sur la liste des réserves de Biosphère de l’UNESCO en 2012. Irina Bokova doit également rencontrer le Premier Ministre, M Lamothe ainsi que les Ministres des Affaires Etrangères, de l’Education nationale, de la Culture, de l’Environnement et les bailleurs et partenaires de l’action de l’UNESCO dans le pays.

Le Gouvernement d’Haïti a fait du renforcement de l’éducation et du soutien au secteur culturel deux des piliers stratégiques de la refondation d’Haïti, et désigné l’UNESCO comme un partenaire de premier plan. L’UNESCO est notamment responsable de la coordination du Groupe Sectoriel Education dans le pays et travaille depuis 2011 pour améliorer la qualité et le pilotage de l’éducation : mise en place d’une chaîne de collecte, de traitement des données statistiques fiables, réforme des programmes scolaires, formation des professeurs. Ce dernier point revêt une importance capitale pour la Directrice générale : « Il y a eu un effort massif en Haïti pour assurer l’accès à l’école gratuite pour tous. L’enjeu c’est d’améliorer la qualité de l’éducation, et la qualité passe par la formation et le développement professionnel des enseignants » a-t-elle souligné en amont de sa visite.

Irina Bokova doit également visiter le Parc national historique Citadelle, Ramiers Sans Souci, inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1982 et rencontrer les acteurs du monde culturel d’Haïti. La Directrice générale fera le point des diverses initiatives menées depuis 3 ans avec l’UNESCO pour soutenir les industries culturelles comme force d’inclusion et de développement : ateliers de formations auprès des artisans sur la qualité des produits et leur mise sur le marché, inventaire du patrimoine bâti de Jacmel avec l’ISPAN, formation sur le patrimoine immatériel avec le Bureau d’Ethnologie, refonte de la politique du droit d’auteur et du livre.

La Directrice générale entend souligner le rôle moteur de l’éducation, des sciences et de la culture pour la refondation d’Haïti. La réserve de Biosphère de La Selle nouvellement créée ouvre par exemple des perspectives de renforcement des capacités scientifiques et de gestion des ressources naturelles du pays, en particulier dans la gestion durable des ressources en eau. Elle représente un potentiel de coopération internationale important, notamment avec la République Dominicaine, du fait de sa position centrale dans le corridor écologique caribéen. « Toutes ces initiatives représentent un grand potentiel de développement, qui appellent de notre part un appui politique au plus haut niveau, et en engagement renouvelé. » a indiqué la Directrice générale.

La Directrice générale se rendra également sur le Campus Henri Christophe de l’Université d’Etat de Haïti à Limonade, créé après le séisme de 2010 et symbole du redressement et du développement de la Région du Grand Nord par la relance de l’enseignement supérieur. Elle y prononcera un discours sur le rôle de l’UNESCO dans le renforcement de l’enseignement supérieur pour le développement en Haïti.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page