23.03.2012 -

La Directrice générale visite le Centre Simon Wiesenthal et Musée de la tolérance à Los Angeles

© UNESCO/ George Papagiannis - UNESCO Director-General Irina Bokova on a tour of the museum’s key exhibits by Museum Director Liebe Geft, March 2012

Les thèmes que sont la tolérance, l’humanité et la vigilance ont été au cœur de la visite de la Directrice générale, Mme Irina Bokova, au Centre Simon Wiesenthal et Musée de la tolérance à Los Angeles jeudi dernier. Après avoir découvert les pièces maîtresses du musée en compagnie de sa directrice, Mme Liebe Geft, la Directrice générale a adressé ses condoléances aux familles des écoliers juifs et de leur enseignant tués par balles devant leur école à Toulouse. « Les événements tragiques qui se sont déroulés en France nous rappellent que l’antisémitisme et le rejet de l’autre sont toujours présents » a-t-elle déclaré.

La Directrice générale a poursuivi en évoquant le renforcement du partenariat entre l’UNESCO et le Centre Simon Wiesenthal et Musée de la tolérance. Elle s’est dite particulièrement impressionnée par l’approche très large adoptée par le musée pour expliquer le fanatisme et la haine en incorporant également à ses collections des pièces témoignant de la violence sexiste et de l’intolérance à l’égard d’autres peuples que le peuple juif. Rappelant sa visite effectuée l’année dernière à Auschwitz-Birkenau, parrainée par le Projet UNESCO-Aladin, pour la commémoration du souvenir de l’Holocauste, la Directrice générale a évoqué le Grand Mufti de Sarajevo, qui faisait partie des 150 participants à la cérémonie aux côtés d’autres imams, rabbins, prêtres et dirigeants politiques. « Il a dit que nous devions enseigner ce qui s’était passé là-bas et ne jamais oublier », a rappelé la Directrice générale.

« L’éducation relative aux droits de l’homme est profondément ancrée dans l’Acte constitutif de l’UNESCO et dans sa mission », a-t-elle ajouté, « car c’est la seule institution du système des Nations Unies chargée de promouvoir l’enseignement de l’Holocauste, ce dont elle s’acquitte à travers un certain nombre de partenariats, notamment avec Yad Vashem en Israël, le Mémorial de la Shoah en France, le projet Aladin et le Groupe de coopération internationale pour la recherche sur l'Holocauste, l'enseignement de ses réalités et la perpétuation de sa mémoire ».

Lors de sa visite au musée, la Directrice générale était accompagnée de diplomates allemands, australiens, autrichiens, bulgares, chinois, croates, espagnols, éthiopiens, français, hongrois, israéliens, italiens, mexicains, péruviens et polonais, ainsi que de représentants de la Grauer School, école associée de l’UNESCO qui se trouve à Encinitas, en Californie, juste au nord de San Diego.

Au cours de cette visite, le fondateur et doyen du Centre, le Rabbin Marvin Hier, et le doyen adjoint, le Rabbin Abraham Cooper, ont confirmé la tenue d’une exposition itinérante sur le lien
– vieux de 3 500 ans – entre le peuple juif et la terre d’Israël, dont le commissaire est l’historien renommé Sir Martin Gilbert. L’exposition itinérante fera étape au Siège de l’ONU, à New York, et au Siège de l’UNESCO, à Paris, ainsi que dans d’autres pays.

À l’issue de cette visite au Centre et Musée, la Directrice générale a rencontré Cliff Goldstein, Président régional du Comité des Juifs américains, ainsi que plusieurs membres de ce Comité, à Los Angeles.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page