03.10.2012 -

L’Afrique a besoin d’un million de nouveaux enseignants d’ici 2015

[Translate to francais:] ©Thierry BONNET

La demande d’enseignants en Afrique sub-saharienne continue de croître puisque les enfants africains ont davantage accès à l’école. De nouvelles données de l’Institut de statistiques de l’UNESCO (ISU) montrent que l’Afrique a besoin de 993.000 enseignants du primaire d’ici 2015 afin de fournir une éducation de qualité aux enfants de la région en âge d’aller à l’école.

Ces données sont publiées à l’occasion de la journée mondiale des enseignants 2012 célébrée le 5 octobre à travers le monde.

"Les pays d’Afrique sub-saharienne qui augmentent l’accès à l’école auront besoin de recruter, avant 2015, l’équivalent de 63% de leur nombre actuel d’enseignants ” indique Marc Bernal, Conseiller régional de l’ISU pour l’Afrique.

Enseignants moins qualifiés

En d’autres termes, l’Afrique aura besoin d’augmenter de 1/3 son nombre actuel d’enseignants qui est de 3,1 millions.

Telle est la situation pour la grande majorité des pays africains à l’exception du Botswana, Burundi, Cap Vert, Madagascar, Maurice, Sao Tome and Principe, Sierra Leone, Swaziland et Togo.

"L’urgence d’embaucher beaucoup de nouveaux enseignants afin d’atteindre l’objectif d’universalisation de l’enseignement primaire et la nécessité de remplacer les enseignants quittant la profession conduit au recrutement d’enseignants moins qualifiés et même à des standards plus bas encore au niveau national » ajoute Bernal

Les déficits les plus importants se retrouvent dans les 8 pays africains où l’accroissement du personnel enseignant annuellement requis est supérieur à 10% : Eritrée (24.0%), République centrafricaine (21.2%), Tchad (16.0%), Burkina Faso (13.8%), Malawi (13.6%), Mali (14.4%), Niger (14.1%) and Côte d'Ivoire (12.4%).

Manque d’enseignantes

L’Institut des Statistiques de l’UNESCO souligne l’inégalité genre au niveau des enseignants en Afrique.

Pendant que dans le monde les enseignants du primaire sont généralement des femmes, en Afrique sub-saharienne, les hommes dominent la profession.De plus, les femmes forment moins de 30% des nouveaux enseignants dans les pays comme l’Eritrée et le Mali.

Toutefois, des progrès sont entrain d’être réalisés dans d’autres pays: par exemple au Ghana, on recrute davantage d’enseignantes que par le passé.

L’UNESCO intervient sur plusieurs fronts pour aider les Etats membres africains à faire face au besoin croissant en enseignants. Les actions comprennent:

  •  le renforcement des institutions de formation des enseignants
  •  l’appui à la formulation des politiques enseignantes et à leur mise en œuvre
  • Promouvoir le développement professionnel des enseignants
  • Faire le suivi des outils et promouvoir les normes en matière d’enseignants et
  • Produire et diffuser les connaissances au sujet des enseignants. 



<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page