20.05.2013 -

L’éducation, la culture et les droits des femmes, leviers de la transformation en Afghanistan

© UNESCO/Paola Leoncini-Bartoli -UNESCO Director-General, Irina Bokova, tours the Kabul Museum with Deputy Minister of Culture and Information Mr Sayed Mossadeq Khalili, May 2013.

Lors d’un entretien qu’il a eu avec la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Irina Bokova, à Kaboul, le 19 mai, le Ministre afghan des affaires étrangères, M. Zalmai Rassoul, a sollicité le soutien de l’Organisation pour la protection du patrimoine, le développement de l’éducation et l’amélioration des droits des femmes.

« Le patrimoine culturel et l’éducation sont les secteurs qui ont le plus souffert durant les trente années de conflit », a déclaré M. Rassoul, qui a remercié l’UNESCO pour le leadership manifesté au lendemain de la destruction des Bouddhas de Bamiyan, et pour l’aide apportée à la reconstruction du système éducatif réduit à néant, soulignant les liens positifs entre accès à l’éducation et amélioration des droits des femmes.

La Directrice générale a affirmé la détermination de l’UNESCO à développer sa coopération avec un pays dont la population majoritairement jeune et les formidables atouts culturels constituent « un incroyable potentiel pour l’avenir ».

Évoquant le site archéologique de Mes Aynak, la Directrice générale a répété qu’il fallait le préserver et le protéger compte tenu de la décision prise par le Gouvernement afghan quant au projet d’extraction minière prévu en cet endroit. Elle a insisté sur la nécessité de trouver un équilibre entre développement économique et préservation du patrimoine culturel, soulignant que le patrimoine culturel représentait une part essentielle de l’histoire du peuple afghan, ainsi qu’un atout pour l’unité nationale et la cohésion sociale.

Elle a en outre réaffirmé l’intérêt d’une préservation in situ du riche patrimoine archéologique de Mes Aynak et dit en conclusion que l’UNESCO se tenait prête à aider les autorités afghanes à définir une stratégie permettant au gouvernement d’élaborer des plans de gestion des sites archéologiques du pays.

Mme Bokova a eu l’occasion d’apprécier la richesse du patrimoine culturel ancien de l’Afghanistan, aussi bien préhistorique, hindou, classique, bouddhiste qu’islamique, exposé au musée national, qui a été gravement endommagé pendant la guerre par des tirs de roquette et dont 70 % des collections ont été pillées. Elle a également pu admirer un autre aspect de ce patrimoine lors d’un dîner offert par le Ministre de la culture et de l’information, M. Sayed Makhdoum Raheen, dans les Jardins restaurés de Babur, parc historique et lieu de sépulture de Babur, premier empereur moghol.

Le thème de l’éducation et de l’autonomisation des femmes a été évoqué à maintes reprises lors de la rencontre de la Directrice générale avec un groupe de parlementaires. Ils ont cité l’insécurité et le manque d’enseignantes comme principaux obstacles à la scolarisation des filles. Ils ont également exprimé leur préoccupation face à la remise en cause, à l’approche des élections nationales de 2014, des avancées enregistrées  ces dix dernières années en matière de droits des femmes. La Ministre de la condition féminine, Mme Banu Ghazanfar, a expliqué que des instruments juridiques internationaux tels que la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes avaient été approuvés par décret présidentiel et une série de dispositifs mis en place pour lutter contre la violence à l’égard des femmes, notamment grâce à la fourniture d’un soutien juridique et à la création d’une base de données pour répertorier les incidents violents. La Directrice générale a souligné l’importance qu’il y avait à sensibiliser les femmes à leurs droits et à veiller à l’application effective de la loi, réaffirmant que la violence à l’égard des femmes ne pouvait en aucun cas se justifier.

La Directrice générale a pu avoir un aperçu de la transition économique, sociale et politique de l’Afghanistan lors d’une réunion avec de hauts responsables de l’Équipe de pays des Nations Unies, dirigée par le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU et Chef de la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan, M. Jan Kubis. Le lien entre alphabétisation des adultes et acquisition de compétences, la formation aux médias pour les femmes journalistes, l’attention portée aux enseignants et la création d’emplois grâce à la sauvegarde et à la promotion de la culture figurent parmi les domaines où le rôle actuel ou potentiel de l’UNESCO a été souligné. Avec l’appui de la Banque asiatique de développement, l’UNESCO développera également son action en matière d’enseignement et de formation techniques et professionnels en Afghanistan, qui sont un besoin essentiel dans un pays où plus de 60 % de la population a moins de 25 ans.

Tout au long de sa visite, la Directrice générale n’a eu de cesse de souligner que l’UNESCO et le système des Nations Unies tout entier se tiendraient aux côtés de l’Afghanistan après 2014 pour l’accompagner dans sa décennie de transformation.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page