09.08.2012 -

L’UNESCO et la société PepsiCo conjuguent leurs forces au service de la formation professionnelle au Myanmar

© UNESCO/Cynthia Guttman – Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, avec la Présidente-Directrice générale de PepsiCo, Indra Nooyi (Myanmar, août 2012).

L’UNESCO et la société PepsiCo ont conjugué leurs forces au Myanmar pour soutenir des initiatives de formation professionnelle des jeunes, à un moment où le pays s’ouvre et accomplit des réformes politiques, économiques et sociales.

Le 9 août, lors d’un entretien avec Indra Nooyi, Présidente-Directrice générale de PepsiCo à Yangon, la Directrice générale s’est dite enthousiasmée par ce partenariat, soulignant combien il était important que les secteurs public et privé collaborent pour développer la prospérité et soutenir la croissance durable.

« Doter les jeunes des compétences dont ils ont besoin pour trouver des emplois décents, améliorer leurs moyens d’existence et donner forme à leur avenir – c’est là une des clés de la transformation réussie d’un pays. Les sociétés privées partenaires ont un rôle déterminant à jouer en ce sens, et l’UNESCO se félicite chaudement du nouveau partenariat conclu avec PepsiCo, qui montrera comment nous pouvons travailler ensemble au profit des jeunes du Myanmar, qui sont son principal atout », a dit Mme Bokova dans une annonce publique.

« Nous sommes très fiers d’avoir signé avec l’UNESCO un mémorandum d’accord constituant un partenariat au profit des initiatives de formation professionnelle au Myanmar », a dit Mme Nooyi lors d’une réception offerte par l’UNESCO à Yangon à l’équipe de pays des Nations Unies, au corps diplomatique et aux partenaires de la société civile et du secteur privé. Les programmes, qui seront centrés sur la formation aux compétences de gestion dans des domaines tels que les ventes, la commercialisation, la finance et les communications, favoriseront le développement du pays en dotant la main-d’œuvre de moyens améliorés. Conjuguant nos ressources et notre expertise, nous avons la possibilité d’obtenir des changements favorables », a dit Mme Nooyi. « Nous sommes heureux de voir là le début d’une collaboration durable et féconde avec l’UNESCO. »




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page