23.03.2014 - ODG

La Directrice générale ouvre la 9e session de la commission sur le développement digital à Dublin

© UNESCO/Dov Lynch -From left to right: Denis O’Brien, Chairman of Digicel, Irina Bokova, UNESCO Director-General, Paul Kagame, President of Rwanda, Carlos Jarque, from the Carlos Slim Foundation, Hamadoun Touré, ITU Secretary-General, Dublin, March 2014.

Le 23 Mars, la Directrice générale a ouvert la 9e session de la Commission sur le développement digital avec les présidents de la Commission - le Président du Rwanda M. Paul Kagame et M. Carlos Jarque, de la Fondation Carlos Slim - ainsi que le vice -président Hamadoun Touré, Secrétaire général de l'UIT. La réunion a été accueillie par M. Denis O'Brien, président de Digicel, à Dublin.

La 9ème session de la Commission s'est concentrée sur les progrès réalisés par les pays pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement et sur la nécessité de reconnaître l’importance du développement numérique dans l’agenda post- 2015. La discussion a porté également sur le développement numérique en milieu rural pour la promotion du développement durable et inclusif.

«Notre vision va au-delà d’un simple plaidoyer en faveur du haut débit », a déclaré Irina Bokova. Notre vision c’est que le haut débit peut être un accélérateur de croissance inclusive et durable - ouvrant de nouvelles voies pour créer et partager des connaissances, pour élargir les possibilités d'apprentissage, pour renforcer la liberté d'expression », a-t-elle poursuivi . « Mais cela ne va pas de soi, il faut une volonté et un leadership, et c'est pourquoi cette Commission est importante.»

Accompagnée par le Directeur général adjoint de l'UNESCO, M. Getachew Engida, Irina Bokova a souligné l’importance du travail de la Commission pour élaborer un nouveau programme ambitieux de développement durable – particulièrement pour une éducation de qualité, notamment pour l'autonomisation des filles et des femmes.

« Permettez-moi de souligner à nouveau l'importance de l'égalité des genres», a déclaré la Directrice générale. «Nous devons autonomiser les filles et les femmes grâce aux nouvelles technologies. »

À cet égard, Irina Bokova s'est félicitée que Mme Phumzile Mlambo -Ngcuka, Directrice exécutive d'ONU-Femmes, ait souligné l'importance du Partenariat mondial de l'UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes et la récente semaine de l’apprentissage mobile de l’UNESCO.

En ce qui concerne l'agenda post-2015, la Directrice générale a souligné l'importance de promouvoir les nouvelles TIC comme catalyseurs de développement plus inclusif et durable. Dans ce cadre, elle a rappelé le travail de l'Institut statistique de l'UNESCO dans la définition de « mesures d'apprentissage» pour mieux saisir la qualité de l'éducation.

« En termes d'indicateurs », a déclaré Irina Bokova, « nous devons comprendre non seulement les taux de pénétration des TIC, mais leur impact sur l'éducation, sur la santé et sur d'autres secteurs clés pour le développement durable. Il s’agit là de soutenir les droits humains, la dignité pour une société inclusive et durable. »

 

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page