19.03.2014 - ODG

La Directrice générale de l’UNESCO salue l’annonce d’un transfert des principales fonctions de gestion des noms de domaine Internet

La Directrice générale de l’UNESCO se félicite de l’annonce du Département du commerce des États-Unis concernant son intention de transférer son rôle de supervision des principales fonctions de gestion des noms de domaine Internet à la communauté mondiale multipartite, notamment les fonctions de l’IANA (Internet Assigned Numbers Authority) de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers).

« C’est une étape importante vers la gouvernance ouverte du système des noms de domaine Internet, qui constitue l’une des ressources essentielles du cyberespace », a déclaré la Directrice générale. « Cela permettra non seulement de développer les capacités techniques et infrastructurelles réparties de l’Internet, mais également de favoriser la libre circulation de l'information et le libre accès à cette dernière, ainsi que l’exercice de la liberté d’expression et d’autres droits fondamentaux en ligne, comme s’efforce de le promouvoir l’UNESCO ».

Le transfert prévu arrive à point nommé et présente un intérêt pour l’action que mène actuellement l’UNESCO dans le cadre du processus d'examen du Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI + 10) et des questions de gouvernance de l’Internet qui relèvent du mandat de l’Organisation, en vue de la définition d’un agenda pour le développement post-2015, ainsi que l’ont demandé les 195 États membres de l’UNESCO.

Pour l’UNESCO, il est important que le transfert envisagé préserve le caractère ouvert, robuste, décentralisé et interopérable de l’Internet, tout en permettant une participation véritablement multipartite à sa gouvernance.

Conformément à ce qu’a demandé la Conférence générale de l’UNESCO à sa 37e session (résolution 37 C/52), l’Organisation vient juste de lancer un processus de consultation multipartite pour la réalisation d’une étude complète des questions relatives à l’Internet qui relèvent de son mandat, y compris l’accès à l’information et au savoir, la liberté d’expression, le respect de la vie privée et la dimension éthique de la société de l’information, présentant des options possibles pour de futures actions.

L’UNESCO plaide pour un Internet fondé sur les droits de l’homme, ouvert, accessible à tous et régi par un cadre multipartite, afin d’optimiser son potentiel en tant que plate-forme essentielle pour jeter les bases d’une paix pérenne, d’un développement durable et de l’élimination de la pauvreté.

En décembre 2009, l’UNESCO a signé un accord avec l’ICANN pour contribuer à la mise en place des premiers noms de domaine multilingues, première étape importante vers une plus grande diversité linguistique sur l’Internet.

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page