» Du patrimoine mondial à l’alphabétisation, Philadelphie accueille l’UNESCO
19.03.2012 - ODG

Du patrimoine mondial à l’alphabétisation, Philadelphie accueille l’UNESCO

© UNESCO/George Papagiannis - la Directrice générale, Irina Bokova, prenant la parole au symposium sur « L’alphabétisation mondiale au 21e siècle : problèmes et perspectives »

Le patrimoine mondial et l’alphabétisation ont été les deux mots d’ordre d’une journée qui a vu Philadelphie accueillir à bras ouverts l’UNESCO, jeudi dernier, lors du deuxième jour de la visite de la Directrice générale, Irina Bokova, aux États-Unis.

Ken Salazar, le Secrétaire à l’intérieur, s’est joint à la Directrice générale pour célébrer le 40e anniversaire de la Convention du patrimoine mondial, lors d’une cérémonie matinale organisée à l’Independence Hall, où fut signée la Déclaration d’indépendance en 1776. Deux siècles plus tard, en 1979, le bâtiment fut le premier site des États-Unis inscrit sur la Liste du patrimoine mondial. « Les sites du patrimoine mondial ne sont pas seulement des lieux, ils symbolisent aussi des idées », a déclaré M. Salazar. « Independence Hall a été inscrit sur la Liste, parce qu’il est porteur des principes universels de liberté et de démocratie. »

Le Secrétaire à l’intérieur a par ailleurs souligné le rôle majeur que sont appelés à jouer les 21 sites américains du patrimoine mondial, au moment où l’Administration Obama lance son programme « America is Open for Business » visant à faire des États-Unis la première destination touristique au monde. Selon M. Salazar, le tourisme crée chaque année 7 millions d’emplois aux États-Unis.

Étaient également présents à cette cérémonie Nerissa Cook, la Sous-Secrétaire d’État adjointe, et Chaka Fatah, membre du Congrès, qui ont tous deux salué l’action de l’UNESCO en faveur de la préservation du patrimoine culturel. Dans son allocution, la Directrice générale a rappelé que le patrimoine mondial était une responsabilité de chaque instant. « Le patrimoine est un puissant moteur pour le développement social et économique et le tourisme. Il représente plusieurs milliards de dollars en termes de capital, d’échanges commerciaux et de visites. Tout cela exige un engagement. La protection des sites de valeur universelle exceptionnelle est une responsabilité partagée », a-t-elle déclaré.

Afin d’aider d’autres pays dans leur effort de préservation, de conservation et de restauration, le Service des parcs nationaux a pris l’initiative de créer un programme de bourses du Fonds du patrimoine mondial. Ce dispositif permet à des personnes en charge du patrimoine mondial dans leur propre pays de venir aux États-Unis pour y travailler au côté de leurs homologues américains. Les États-Unis ont été le premier pays signataire de la Convention du patrimoine mondial.

Plus tard ce jour-là, la Directrice générale s’est rendue à l’Université de Pennsylvanie, où elle a participé à plusieurs manifestations en rapport avec le solide partenariat sur l’alphabétisation que l’Organisation entretient avec cet établissement. Au programme figuraient l’investiture du professeur Dan Wagner à la chaire UNESCO en apprentissage et alphabétisation et le discours d’ouverture du symposium sur « L’alphabétisation mondiale au 21e siècle : problèmes et perspectives ». La Directrice générale a déclaré qu’en dépit des progrès accomplis, il restait de nombreux obstacles à surmonter. « Le fait est que les inégalités entre les sexes persistent et que l’on constate peu d’évolution avec le temps. Il existe en Afrique subsaharienne plus d’une douzaine de pays où le taux d’alphabétisation des femmes est inférieur à 50 %, voire à 20 % dans plusieurs d’entre eux. Imaginez ce que cela signifie en termes de dénuement, de vulnérabilité, de mauvais état sanitaire et d’exploitation, ce que cela représente en termes de choix des mères d’envoyer ou non leurs filles à l’école. »

L’UNESCO et l’Université de Pennsylvanie ont également officialisé un programme de bourses d’été qui offrira à des étudiants une chance de travailler et d’apprendre dans les unités hors Siège de l’UNESCO et d’appuyer ainsi l'Organisation dans tous ses domaines de compétence.

La Directrice générale est en visite officielle aux États-Unis pendant dix jours pour y traiter de trois grands thèmes :

  • l’alphabétisation des femmes et des filles,
  • le 40e anniversaire de la Convention du patrimoine mondial,
  • la liberté d’expression sur l’ensemble des plates-formes médiatiques.



<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page