La très honorable Michaëlle Jean

Envoyée Spéciale de l'UNESCO pour Haïti

©UNESCO/Danica Bijeljac
La très honorable Michaëlle Jean, Envoyée Spéciale de l'UNESCO pour Haïti

Michaëlle Jean est née en 1957 à Port-au-Prince en Haïti. C’est en 1968 qu’elle est arrivée au Canada en compagnie de sa famille, après avoir fui le régime dictatorial de François Duvalier.

Après avoir obtenu un baccalauréat ès arts en littératures et langues modernes (italien et espagnol), elle a poursuivi des études de maîtrise en littérature comparée à l’Université de Montréal et a enseigné l’italien au Département de littératures et langues modernes de cette même institution. Trois bourses lui ont permis de parfaire ses connaissances à l’Université de Pérouse, à l’Université de Florence et à l’Université catholique de Milan. Michaëlle Jean parle couramment cinq langues : le français, l’anglais, l’italien, l’espagnol et le créole en plus de lire couramment le portugais.

Parallèlement à ses études, elle a œuvré pendant dix ans auprès des maisons d’hébergement et de transition pour femmes victimes de violence conjugale au Québec et participé à la mise sur pied d’un très vaste réseau de refuges d’urgence au Québec et ailleurs au Canada. Michaëlle Jean a ensuite connu une brillante carrière de journaliste, de présentatrice et d’animatrice d’émissions d’information à la télévision publique canadienne, au réseau français à Radio-Canada et au réseau anglais CBC Newsworld. Elle a aussi participé à plusieurs films documentaires signés par son mari, le cinéaste, essayiste et philosophe Jean-Daniel Lafond : La manière nègre ou Aimé Césaire, chemin faisant ; Tropique Nord ; Haïti dans tous nos rêves et L’heure de Cuba, tous primés au Canada et sur la scène internationale. Le couple a une fille, Marie-Éden.

Les réalisations de Mme Jean lui ont valu de nombreuses distinctions, dont le Prix Mireille-Lanctôt pour un reportage sur la violence conjugale; le Prix Anik du meilleur reportage d’information au Canada pour son enquête sur le pouvoir de l’argent dans la société haïtienne; le premier Prix de journalisme d’Amnesty International – Canada. Elle a également été reçue membre de l’Ordre des Chevaliers de La Pléiade par l’Assemblée internationale des parlementaires de langue française, et désignée Citoyenne d’honneur par la Ville de Montréal et le ministère québécois de l’Immigration et des Relations avec les citoyens du Québec pour ses réalisations dans le domaine des communications.

Assermentée le 27 septembre 2005, la très honorable Michaëlle Jean, 27e gouverneur général et Commandant en chef du Canada depuis la Confédération en 1867, a assumé les très hautes fonctions de chef de l’État. Elle a fait en sorte que l’espace institutionnel qu’elle occupe soit plus que jamais un lieu rassembleur où le dialogue prédomine et où la parole des citoyennes et citoyens est entendue. Fervente de la diplomatie de proximité et à échelle humaine, elle aura aussi mené une quarantaine de missions et de visites d’État à l’étranger en Afghanistan, en Chine, dans dix pays africains, 9 pays des Amériques et plus d’une dizaine de pays européens.

En reconnaissance de son mérite, plusieurs universités lui ont décerné des doctorats honoris causa:

Université d’Ottawa (2006);

Université pour étrangers de Pérouse en Italie (2006);

Université McGill (2006);

Université York (2007);

Université du Manitoba (2007);

Université d’Alberta (2008);

Université de Moncton (2009);

Université Laval (2009);

Collège militaire royal du Canada (2010);

Université de Montréal (2010), son alma mater.

La très honorable Michaëlle Jean a aussi reçu le Prix Canada 2009 du Fonds de développement des Nations unies pour la femme (UNIFEM) pour sa contribution extraordinaire à l’avancement de l’égalité des sexes.

En 2009, elle a reçu le Prix de reconnaissance de l’Excellence du Conseil d’administration de l’Institut national de la qualité pour sa contribution exceptionnelle à la qualité de vie des Canadiens et des Canadiennes et de l’humanité.

Retour en haut de la page