Histoire de l'Organisation

Dès 1942, en pleine seconde guerre mondiale, les gouvernements des pays européens qui affrontent l’Allemagne nazie et ses alliés se réunissent en Angleterre à la Conférence des ministres alliés de l'Education (CAME). La guerre est loin d’être finie, pourtant les pays s’interrogent sur la manière dont ils vont reconstruire les systèmes éducatifs une fois que la paix aura été rétablie. Très vite, ce projet prend de l’ampleur et acquiert une dimension universelle. De nouveaux gouvernements, dont celui des Etats-Unis d’Amérique, décident d’y participer.

Sur la proposition du CAME, une Conférence des Nations Unies pour l'établissement d'une organisation éducative et culturelle (ECO/CONF) se tient à Londres du 1er au 16 novembre 1945, juste à la fin de la guerre. Elle rassemble les représentants d’une quarantaine d’Etats qui décident de créer une organisation destinée à instituer une véritable culture de la paix. Dans leur esprit, cette nouvelle organisation doit établir la “solidarité intellectuelle et morale de l’humanité” et, ainsi, empêcher le déclenchement d’une nouvelle guerre mondiale.

A la fin de la conférence, 37 de ces Etats signent l’Acte constitutif qui marque la naissance de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). L’Acte constitutif entre en vigueur dès 1946, ratifié par 20 Etats : l’Afrique du Sud, l’Arabie saoudite, l’Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, le Danemark, l’Egypte, les Etats-Unis d’Amérique, la France, la Grèce, l’Inde, le Liban, le Mexique, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, la République dominicaine, le Royaume-Uni, la Tchécoslovaquie et la Turquie. La première session de la Conférence générale se tient à Paris du 19 novembre au 10 décembre 1946. Des représentants de 30 gouvernements, ayant droit de vote, y participent.

Les divisions politiques consécutives à la Deuxième Guerre mondiale ont marqué la composition des Etats fondateurs de l'UNESCO. Le Japon et la République fédérale d'Allemagne ne deviennent membres qu'en 1951, l'Espagne en 1953. Des faits historiques d'importance majeure, tels que la guerre froide, le processus de décolonisation et la dissolution de l'URSS, ont des retombées sur l'UNESCO. L'URSS devient membre en 1954 avant d'être remplacée, en 1992, par la Fédération de Russie, ainsi que 12 anciens républiques soviétiques. Dix-neuf Etats africains rejoignent l'Organisation dans les années 1960.

La République populaire de Chine est, depuis 1971, le seul représentant légitime de la Chine à l'UNESCO. La République démocratique allemande, membre depuis 1972, est réunifiée à la République fédérale d'Allemagne en 1990.

A plusieurs reprises au cours des années, quelques pays ont quitté l'Organisation pour des raisons politiques, mais ils sont tous rejoint l'UNESCO par la suite. L'Afrique du Sud a été absente de 1957 à 1994, les Etats-Unis de 1985 à 2003, le Royaume-Uni de 1986 à 1997 et Singapour de 1986 à 2007.

Origines de l'UNESCO

Les principaux prédécesseurs de l'UNESCO ont été :

  • la Commission internationale de coopération intellectuelle (CICI), Genève, 1922-1946 ; son agence exécutive, l'Institut international de coopération intellectuelle (IICI), Paris, 1925-1946 ;
  • le Bureau international d'éducation (BIE), Genève, 1925-1968; le BIE fait, depuis 1969, partie intégrante du Secrétariat de l'UNESCO tout en ayant son statut propre.

Pour plus d'informations, consultez le site Archives de l'UNESCO.

Retour en haut de la page