Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté - 17 octobre

Message de la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova

Ne laisser personne de côté : Réfléchir, décider et agir ensemble contre l’extrême pauvreté

2015 marquera un tournant dans la lutte mondiale pour l’élimination de la pauvreté.

Depuis l’adoption des Objectifs du Millénaire pour le développement en 2000, l’objectif visant à réduire de moitié la pauvreté extrême a été atteint cinq ans avant l’échéance de 2015. Ce n’est pas suffisant. La pauvreté demeure une triste réalité pour un trop grand nombre de femmes et d’hommes dans le monde. Cela signifie un quotidien marqué par la faim, le dénuement et la maladie, qui porte atteinte aux droits de l’homme et la dignité humaine, et qui jette une ombre sur le développement de sociétés tout entières.

© Oxfam / E. Mbuyi

En 2015, l’occasion nous est donnée de fixer un nouvel objectif pour en finir avec la pauvreté sous toutes ses formes, partout dans le monde, d’ici 2030. Cette idée doit être au cœur du futur agenda pour le développement humain, axé sur les droits de l’homme et la dignité humaine, pour assurer à tous, hommes et femmes, l’accès au bien-être économique, tout en réaffirmant et en créant les conditions de leur participation pleine et fructueuse, en tant que citoyens.

Personne ne doit être laissé pour compte ou exclu. C’est pourquoi l’UNESCO agit sur tous les plans afin de favoriser les transformations sociales positives qui permettront d’éliminer la pauvreté. Elle s’efforce de promouvoir une éducation et un apprentissage tout au long de la vie de qualité pour donner aux femmes et aux hommes les moyens de se prendre en charge, ainsi que pour améliorer la santé des mères et des enfants, au bénéfice de la société tout entière. L’UNESCO met également à profit le potentiel des sciences pour améliorer l’agriculture, les soins de santé, la sécurité alimentaire et l’énergie. Elle soutient la communication et la liberté d’expression afin de renforcer l’état de droit et la bonne gouvernance. Enfin, elle assure la sauvegarde et la promotion de la diversité et du patrimoine culturels comme facteurs d’inclusion sociale et sources d’emplois et de revenus, qui favorisent le sentiment d’appartenance et la cohésion sociale.

© Tarialan, Mongolia - Photo ONU / E. Debebe

Il est évident que nous ne pouvons pas éliminer la pauvreté d’un seul coup. Pour ce faire, il est nécessaire d’agir aux niveaux politique, économique, social et culturel. Tous les gouvernements, ainsi que tous les hommes et femmes, doivent donc réfléchir, décider et agir ensemble contre l’extrême pauvreté. De réels progrès ont été enregistrés depuis 2000, mais il faut faire bien plus encore pour assurer à chacun la dignité et la justice sociale. Tels sont les enjeux pour 2015.

Téléchargez le message en format PDF :
Français ǀ English ǀ Español ǀ Русский ǀ العربية ǀ 中文

 

 

Retour en haut de la page