Itinéraires dans l’Holocauste

Le 27 janvier marque l’anniversaire de la libération du camp de concentration et d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau par l’armée soviétique en 1945. Cette date a été proclamée Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l’Holocauste par l’Assemblée générale des Nations Unies. 

L’Holocauste a été un événement charnière dans l’histoire de l’humanité. Le régime nazi et ses collaborateurs ont systématiquement assassiné environ six millions d’hommes, de femmes et d’enfants juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, dans le cadre d’un programme à l’échelle du continent visant à détruire l’ensemble des communautés juives prises dans leurs rets. Animée par une idéologie fondamentalement raciste, l’Allemagne nazie a également persécuté et tué des millions d’autres personnes (des Rom et des Sinti, certaines populations slaves et des handicapés) parce qu’elle les considérait comme « de race inférieure », ou d’autres groupes pour des raisons politiques, idéologiques ou comportementales.

 Nous, les survivants de l’Holocauste, sommes en train de disparaître les uns après les autres. Bientôt, l’histoire évoquera cet événement avec la voix impersonnelle des érudits et des romanciers ou, pire, avec la voix malveillante des falsificateurs et des négationnistes. Ce processus a déjà commencé. La Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l’Holocauste instaurée par l’Organisation des Nations Unies est un maillon essentiel de la transmission de ce terrible héritage à nos congénères – juifs ou non juifs. Si, par la mémoire et l’éducation, nous ne lui accordons pas la place et l’attention qu’elle mérite, et si nous ne commençons pas, collectivement, à respecter les principales valeurs universelles inhérentes à toutes les grandes croyances – spirituelles et laïques – les forces de l’obscurantisme pourraient refaire surface et caresser le sombre espoir de nous hanter de nouveau.   
Samuel Pisar, survivant, avocat international, Ambassadeur honoraire et Envoyé spécial de l’UNESCO pour l’enseignement de l’Holocauste

L’UNESCO estime qu’il est fondamental d’apprendre l’histoire de l’Holocauste pour mieux comprendre comment les sociétés sombrent dans le génocide et pour sensibiliser un large public à la nécessité de cultiver la paix et les droits de l’homme pour empêcher les atrocités de masse dans le monde d’aujourd’hui. La Journée internationale donne l’occasion d’impliquer les États membres et le  grand public dans une initiative commune visant à rendre hommage aux victimes et à leur héritage et, dans un effort mondial, à alerter les jeunes générations des dangers que comportent les idéologies racistes et fanatiques. 

L’éducation à l’Holocauste

Enseigner et apprendre l’Holocauste attire l’attention sur des questions qui sont au cœur de la mission de l’UNESCO visant à construire la paix et promouvoir les droits de l’homme. De concert avec ses États membres, l’UNESCO élabore des programmes éducatifs visant à enseigner aux jeunes générations les leçons de l’Holocauste et, conformément à la résolution 60/7 de l’Assemblée générale des Nations Unies et à la résolution 61 de la Conférence générale de l’UNESCO sur « la mémoire de l’Holocauste », à contribuer à empêcher que ne se reproduisent des actes de génocide.

Evénéments

Maison de l’UNESCO, Paris France

Afficher tout / Cacher tout

répertoire des faq

Cérémonie, Lundi, 27 janvier 2014, UNESCO Paris (Salle I)

19h30pm (Salle I)

Ouverture

Lecture par Irène Jacob  de la préface en prose (1942), pême de Benjamin Fondane

Allocutions

  • Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO
  • M. Eric de Rothschild, Président du Mémorial de la Shoah
  • S. Exc. M. Michael Worbs, Ambassadeur, Délégué permanent de l’Allemagne auprès de l’UNESCO
  • S. Exc. M. Nimrod Barkan, Ambassadeur, Délégué permanent d’Israël auprès de l’UNESCO 

Lecture  Le chant du peuple juif assassiné (1943), poème de Yitskhok Katzenelson, par Irène Jacob

Allocution 
Invité d’honneur : S. Exc. M. János Lázár, Ministre d’Etat dirigeant le Cabinet du Premier Ministre de Hongrie, Président de la Commission internationale de l’Année commémorative 2014 de l’Holocauste en Hongrie

Temoignage  Grand Rabbin Yisrael Meir Lau, rescapé, Président de Yad Vashem

Spectacle théâtral et musical

Haïm - à la lumière d'un violon (adapté pour l’UNESCO, 30’) Un spectacle de la compagnie C(h)aracteres, écrit et mis en scène par Gérald Garutti

Ce spectacle retrace la vie réelle de Haïm Lipsky, Juif polonais né à Lodz en 1922 dans une famille ouvrière pauvre, devenu violoniste à force de volonté, et sauvé de l’enfer concentrationnaire grâce à la musique. À sa sortie d’Auschwitz, Haïm a abandonné le polonais et arrêté la musique – sa passion, sa vocation, sa survie - pour ne plus parler que deux langues : le yiddish et le silence. Aujourd’hui, à 91 ans, il parle hébreu, et presque tous ses enfants et petits-enfants sont devenus des musiciens internationaux. Avec :

  • Mélanie Doutey, comédienne
  • Naaman Sluchin, violon
  • Alexis Kune, accordéon
  • amuel Maquin, clarinette

Prières  El Malé Rachamim et Kaddish par Adolphe Attia, ministre officiant

répertoire des faq

Expositions du 27 janvier au 13 février 2014 à l’UNESCO, Paris

9:30 à 17:30

  • Journeys through the Holocaust
    exposition de témoignages vidéo de réfugiés présentés par la University of Southern California Shoah Foundation et l’UNESCO | salle Miró III
  • Sur les pas des disparus  
    photographies de Matt Mendelsohn, présentées par le Mémorial de la Shoah | salle des pas perdus
  • Le monde savait - la mission de Jan Karski’s pour l'humanité     
    exposition du Musée d’histoire de Pologne et de la Fondation éducative Jan Karski, présentée par la Délégation permanente de la Pologne auprès de l’UNESCO | salle des Actes
  • Les rescapés de la Shoah - courage, volonté, vie
    peintures d’Alain Husson-Dumoutier, Artiste de l’UNESCO pour la paix | salle des pas perdus
répertoire des faq

Evénements organisés par les Délégations permanentes auprès de l’UNESCO - UNESCO, Paris

12:30 à 19h

  • Projection du film documentaire Regina (2013), un film sur la première femme rabbin de Diana Groó, présentée par la Délégation permanente de Hongrie auprès de l’UNESCO | salle IV: de 12h30 à 14 heures

  • Projection du film documentaire Kisses to the Children (2011) de Vassilis Loules, présentée par la Délégation permanente de la Grèce auprès de l’UNESCO | salle II: de 17 heures à 19 heures
répertoire des faq

Conférence - L'impact de l'enseignement de l'Holocauste: comment évaluer les politiques et les pratiques? - UNESCO, Paris (Salle IV)

14h30

  • Introduction : Mme Soo Hyang Choi, Directrice de la Division de l’éducation pour la paix et le développement durable de l’UNESCO 
  • Allocutions d’ouverture : M. Qian Tang, Sous-Directeur général de l’UNESCO pour l’éducation 
  • M. Eckhardt Fuchs, Directeur adjoint de l’Institut Georg Eckert de recherche internationale sur les manuels scolaires (Allemagne) 
  • S. Exc. Mme Katalin Bogyay, Ambassadeur, Délégué permanent de Hongrie auprès de l’UNESCO

14h50
Discours introductif : M. Steven Katz, Directeur de l’Institut universitaire d’études juives Elie Wiesel à l’Université de Boston (Etats-Unis d’Amérique), Conseiller auprès de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste

15h10
Session 1 - De la commémoration à la politique éducative : l’Holocauste dans les manuels et programmes scolaires

Modératrice : Mme Clementina Acedo, Directrice du Bureau international d’éducation de l’UNESCO

  • Plus de recherche pédagogique pour un enseignement de l’Holocauste efficace par M. Doyle Stevick, Maître de conférences à l’Université de Caroline du Sud (Etats-Unis d’Amérique) et à l’Université de Tartu (Estonie)

  • Situation internationale de l’enseignement de l’Holocauste - Cartographie des programmes scolaires et évaluation des manuels : premiers résultats de l’étude de l’Institut Georg Eckert de recherche internationale sur les manuels scolaires et de l’UNESCO par M. Peter Carrier, Chercheur à l’Institut Georg Eckert de recherche internationale sur les manuels scolaires (Allemagne)

  • Bilan de la situation française  par Claude Singer, responsable du service pédagogique, Mémorial de la Shoah

  • L’Holocauste dans les programmes argentins : évaluation des premières années par M. Pablo Luzuriaga, Directeur du programme « Education et mémoire » au Ministère de l’Education de l’Argentine

  • L’Holocauste dans les programmes et manuels hongrois : évolutions actuelles et débats par Mme Andrea Szonyi, Directrice de la Fondation Zachor pour la mémoire de la Shoah, consultante auprès de la Fondation Shoah de l’Université de Californie du Sud (Hongrie)

16h40 - Pause

17h00
Session 2 - De la politique à la pratique : l’enseignement en classe et la formation professionnelle

Modérateur : M. Eyal Kaminka, Directeur de l’Ecole internationale d’étude de l’Holocauste de Yad Vashem (Israël)De la recherche pédagogique à la pratique en salle de classe, l’expérience de l’Angleterre par M. Stuart Foster, Directeur exécutif du Centre national pour l’enseignement de l’Holocauste à l’Université de Londres (Royaume-Uni)

  • Comprendre les motivations des enseignants polonais face à l’histoire de l’Holocauste par Mme Magdalena Gross, Doctorante à l’Université de Stanford (Etats-Unis d’Amérique, Pologne)
  • Evaluer les connaissances et l’impact par M. Jack Jedwab, Directeur exécutif de l’Association d’études canadiennes (Canada)Les élèves sud-africains face à l’histoire de l’Holocauste par Mme Tracey Petersen, Directrice de l’éducation au Centre de l’Holocauste du Cap (Afrique du Sud)

18h30
Conclusion
par Mme Soo Hyang Choi, Directrice de la Division de l’éducation pour la paix et le développement durable de l’UNESCO

Publication

Partenaires

Les survivants de l'Holocauste

INTERVIEW